BFM Eco

Boeing encaisse l'annulation de 60 commandes supplémentaires de 737 MAX en juin

Nouvelles annulations de commandes chez Boeing

Nouvelles annulations de commandes chez Boeing - AFP

Depuis le début de l'année, l'avionneur américain a enregistré 355 annulations de commandes pour le 737 MAX.

Boeing a indiqué mardi avoir enregistré en juin l'annulation de 60 commandes supplémentaires de 737 MAX portant ainsi à 355 le nombre d'annulations nettes depuis le début de l'année.

Le 737 MAX est cloué au sol depuis le 13 mars 2019 après l'accident d'un exemplaire de la compagnie Ethiopian Airlines ayant fait 157 morts. Cette tragédie survenait quelques mois seulement après la catastrophe d'un MAX de Lion Air, qui a tué 189 personnes.

L'avionneur américain a effectué récemment une série de vols de certification, étape clé dans le processus devant amener les autorités à donner leur feu vert au retour de l'appareil dans le ciel.

Mais aucun calendrier sur une éventuelle certification n'a été avancé et les compagnies aériennes, touchées de plein fouet par la chute du transport aérien, multiplient les annulations. Le géant de Seattle n'a en outre reçu qu'une seule commande pour un avion civil en juin, selon un bilan mensuel.

Un soutien du Pentagone

Alors que le groupe a aussi été touché par l'arrêt de ses usines pendant plusieurs semaines au plus fort de la pandémie de Covid-19, il n'a livré ce même mois que dix appareils, principalement des cargos et des avions militaires.

Face au ralentissement de son activité, Boeing a annoncé fin avril la suppression de 10% de ses effectifs, soit 16.000 emplois.

Dans la partie militaire, les affaires reprennent grâce à une commande du Pentagone. L''armée américaine a signé un contrat de 22,9 milliards de dollars pour la fourniture d'avions de chasse F-15EX.

La livraison du nouveau chasseur-bombardier est prévue d'ici à la fin 2023, indique le Pentagone, qui précise que l'appel d'offre a été octroyé dans le cadre d'une procédure 'de gré à gré' (sole source acquisition).

Pascal Samama avec AFP