BFM Business

Muriel Pénicaud: "Nous avons sauvé peut-être des millions d'emplois avec nos mesures"

Invitée sur BFMTV, la ministre du Travail assure que la France est un des pays qui a été le plus protecteur et estime que les réformes passées du travail permettront la reprise.

"On est un des pays qui a le plus protégé de monde." Muriel Pénicaud dresse le bilan de l'action du gouvernement en matière de protection de l'emploi durant la crise du coronavirus. Et la clé de voûte: la mesure du chômage partiel qui aura concerné au total plus de 12 millions de Français et qui va progressivement diminuer.

"La décrue du chômage partiel a commencé, assure la ministre du Travail. Fin avril c'était 8,6 millions de personnes. On n'a pas encore le décompte exacte sur le mois de mai, mais je sais que ça sera moins. Il fallait absolument faire ça, ça a sauvé des centaines de milliers, peut-être des millions d'emplois."

Mais si la casse sociale a été évitée durant les mois de confinement, elle pourrait advenir dans les mois qui viennent avec la crise économique. Ce sont cette fois d'autres mesures que la ministre met en avant pour permettre aux entreprises d'éviter de licencier. Comme les ordonnances travail, afin de signer des accords d'entreprise autorisant à baisser les salaires afin d'éviter les licenciements. Une possibilité offerte aux entreprises qui pourrait entraîner certains abus et chantages. Ce que reconnait Muriel Pénicaud.

"Dans le cas de Ryanair par exemple, la méthode n'est pas la bonne, estime la ministre. Ca doit être du donnant-donnant. Il faut aussi proposer des choses aux salariés comme de l'intéressement par exemple."

En ce qui concerne l'avenir, la ministre rappelle que l'accent sera mis sur l'apprentissage avec des mesures dévoilées ce jeudi. D'autres mesures entreront en vigueur comme l'activité partielle longue durée (sorte de prolongation du chômage partiel) et des discussions avec les partenaires permettront d'aboutir à de nouvelles mesures notamment sur l'assurance chômage (dont la réforme a été suspendue avec la crise) ou encore l'emploi de jeunes.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco