BFM Business

Lunii, la boîte à histoires pour les petits, rapatrie sa production en France

La boîte à histoires Lunii

La boîte à histoires Lunii - Lunii

Fort de son succès (plus de 600.000 exemplaires vendus), la société a fait le choix de quitter la Chine et de relocaliser sa production près de Bayonne avec BMS Circuits.

Dans le flot d'annonce de plan sociaux et de fermetures d'usines, ce genre d'annonce redonne un peu d'optimisme. Ma Fabrique à Histoires, à qui on doit la désormais célèbre petite boîte à histoires Lunii destinée aux petits, a fait le choix de relocaliser sa production en France.

"Je suis émue et très heureuse de vous annoncer que désormais Ma Fabrique à Histoires est produite en France à côté de Bayonne. Au tout début de l'aventure, jeunes entrepreneurs que nous étions, nous n'avions pas les moyens de financer ce rêve. Avec Igor, Thomas et Eric, nous nous sommes cependant promis que si Lunii avait du succès, nous rapatrierions la production de Chine en France. C'est maintenant chose faite, nous en sommes très fiers", explique Maëlle Chassard, co-fondatrice.

Car le succès de la petite boîte verte sans écran et sans ondes est indéniable. Plus de 600.000 exemplaires ont été vendus, selon les chiffres de la société qui compte désormais une soixantaine de salariés.

Prix identique mais moins de marge

Le choix de la production initiale en Chine s'est faite par défaut. "Nous sommes allés voir des usines et des bureaux d’études français pour fabriquer localement. Malheureusement, les coûts étaient beaucoup trop élevés pour de jeunes entrepreneurs débutants", détaille Maëlle Chassard.

Aujourd'hui que la société a les reins plus solides, le modèle est tenable. "La production est plus chère mais il y aura moins de coût de transport, pas de dédouanement, une qualité plus fiable donc moins de retours pour le service après-vente. À l’arrivée, nous sommes légèrement plus chers que si nous étions restés en Chine. Cela n’aura pas d’impact sur le prix de Ma Fabrique à Histoires, qui reste le même. Nous réduirons simplement notre marge", ajoute Igor Krinbarg, l'autre fondateur de Lunii.

A Bayonne, au sein de l'usine BMS Circuits, la production sera automatisée. Plasturgie, carte électronique, assemblage et packaging y sont réalisés. Avantage, elle sera plus normée, inconvéniant, "si demain nous décidons de changer certains composants, ce sera plus compliqué à faire qu’en Chine".

Cela exige également "un gros investissement de départ" pour les machines et un "travail de longue haleine a eu un coût de base assez important. Mais nous nous en sommes bien sortis malgré le contexte, nous avons réussi à relocaliser en un an et demi", poursuit Igor Krinbarg.

Reste la question de l'emploi. Cette relocalisation a permis la création d'un emploi chez Lunii qui s'occupe de suivre la production en France.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business