BFM Eco

Les offres d'emploi de cadres ont chuté de 34% au premier semestre

Le quartier des affaires de La Défense à l'ouest de Paris.

Le quartier des affaires de La Défense à l'ouest de Paris. - BFMTV

L'Apec a enregistré une baisse de 34% des offres d'emplois cadres du secteur privé au premier semestre 2020, par rapport à la même période de 2019, en net recul dans tous les secteurs. L'Île-de-France est la région la plus touchée.

Après un pic en 2019, le marché de l'emploi des cadres du secteur privé s'est nettement détérioré au premier semestre 2020, avec 34% d'offres d'emploi en moins, selon l'Apec (agence pour l'emploi des cadres). Si l'Île-de-France est la plus touchée (-39%), toutes les régions affichent des baisses, les moins importantes s'observant en Bourgogne-Franche Comté (-26%) et en Normandie (-27%).

L'industrie enregistre la plus forte baisse

Bien que tous les secteurs soient concernés, l'industrie enregistre la plus forte baisse avec -40% d'offres (-45% dans l'industrie mécanique, métallurgie et automobile et -48% dans les équipements électriques et électroniques). La construction enregistre une baisse de 25% de ses offres d'emploi et le secteur agroalimentaire et les industries chimiques un recul d'un peu moins d'un tiers, selon l'enquête.

Tous les secteurs d'activité sont touchés par la baisse des offres d'emploi des cadres au premier semestre 2020.
Tous les secteurs d'activité sont touchés par la baisse des offres d'emploi des cadres au premier semestre 2020. © APEC

Dans les services, le secteur le plus important pour l'emploi cadre, les offres chutent de 37% dans le secteur transport-logistique-tourisme et de 28% dans le secteur banque-assurance-immobilier, secteur le moins touché. Toutes les fonctions sont affectées. "L'importance de cette chute, sur un seul semestre, du volume des offres d'emploi est telle qu'elle rend improbable un rattrapage au second semestre 2020", estime l'Apec.

Chute de 38% dans le secteur informatique

"Si l’on met de côté en raison de ses spécificités la fonction santé-social, où la baisse n’est que de 11 %, toutes les fonctions subissent une perte en termes de volumes d’offres qui va de -27 % en production industrielle, travaux et chantiers, à -37 % en études, recherche et développement et en ressources humaines et -38 % en informatique" explique t-on à l'Apec.

La mobilité "externe" pourrait aussi chuter en 2020

Par ailleurs, alors qu'en 2019, la mobilité externe des cadres (lié à un changement d'employeur) s'est maintenue à un niveau équivalent à celui des années précédentes, "leur mobilité externe pourrait baisser de façon importante" en 2020, conséquence de la récession entraînée par le confinement, selon l'Apec.

Sous l’effet de la crise liée au Covid-2019, la part des mobilités "contraintes" ou subies pourrait augmenter de façon significative: face à une situation de chômage, certains pourraient se voir forcés de changer de fonction ou de métier, ou encore de déménager pour retrouver un emploi.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé avec AFP Journaliste BFM Éco