BFM Business

Les conditions d'accès au crédit se durcissent dans la zone euro

Les Bourses européennes chutent lourdement lundi, plombées par les valeurs bancaires et des menaces de dégradation de la note de crédit de banques françaises par l'agence de notation Moody's. A 14h, le CAC 40 chute de 4,65%. Parmi les autres grandes place

Les Bourses européennes chutent lourdement lundi, plombées par les valeurs bancaires et des menaces de dégradation de la note de crédit de banques françaises par l'agence de notation Moody's. A 14h, le CAC 40 chute de 4,65%. Parmi les autres grandes place - -

Les banques sont de plus en plus inquiètes quant à la solvabilité de leurs clients notamment entreprises. Résultat, de nombreux établissements durcissent leurs conditions d'octroi de crédits.

Des critères d'approbation revus à la hausse ou des directives internes qui s'affermissent. Les banques sont de plus en plus inquiètes quant à la solvabilité de leurs clients.

Résultat, de nombreux établissements durcissent leurs conditions d'octroi de crédits notamment pour les entreprises: au troisième trimestre, les banques qui resserent les règles d'accès aux prêts pour les professionnels sont 20% plus nombreuses que celles qui les assouplissent.

Une situation qui touche particulièrement la France et l'Espagne

Pas étonnant estime l'économiste Sébastien Gally, compte tenu du contexte. "C'est la prudence des banques, elles ont tout à fait raison d'être prudentes. Il y a des éléments cycliques qui vont disparaitre. Certains restaurants vont disparaitre et certaines boites vont disparaitre. Elle ont survécu à un choc elles vont pas nécessairement survivre à un autre choc. C'est très malheureux mais c'est les conséquences de cette crise".

Une situation qui touche l'ensemble de la zone euro mais plus particulièrement l'Espagne et la France. Le tour de vis concerne également les ménages, notamment les prêts immobiliers, dont les critères se resserent "considérablement".

Conséquence, le taux de rejet est en hausse dans toutes les catégories de prêts. Dans un contexte d'incertitudes grandissant, la BCE précise que ce resserement devrait se poursuivre sur les trois derniers mois de l'année.

Raphaël Couderc avec OC