BFM Eco

Le Slip Français sanctionne deux salariés après la diffusion d'une vidéo avec un blackface

Le slip français condamne la vidéo tournée par des salariés lors d'une soirée déguisée.

Le slip français condamne la vidéo tournée par des salariés lors d'une soirée déguisée. - Capture d'écran Twitter

Une vidéo où une jeune femme s'est noirci le visage fait polémique sur les réseaux sociaux. Le slip français, qui emploie deux personnes apparaissant dans cette vidéo, a indiqué les avoir sanctionnés.

La vidéo montre trois personnes se retrouvant pour une soirée déguisée, et suscite la polémique sur les réseaux sociaux. On y voit une première femme vêtue d'un boubou, visage noirci, qui précise qu'"il n'y a absolument aucun propos raciste dans la story de ce soir". Elle est rejoint par une deuxième femme, elle aussi déguisée avec un boubou et un homme imitant un gorille. Sur les réseaux sociaux, les internautes dénoncent notamment un "blackface" "raciste". 

Deux des protagonistes, la seconde femme en boubou et l'homme, ont été reconnus par des internautes comme des salariés du Slip Français, marque de vêtements qui emploie 300 personnes en France.

Sanctionnés par leur entreprise

Dans un communiqué, le Slip Français s’est dit "choqué" et condamne fermement cet acte. "Toute manifestation raciste ou à caractère discriminatoire n’est pas acceptable pour notre entreprise", a-t-il écrit, indiquant que "les salariés concernés ont été convoqués et sanctionnés", sans donner plus de précisions sur les modalités de la sanction.

La direction a ensuite rappelé à ses salariés leur responsabilité dans leur rôle de citoyen "dans la sphère publique comme dans la sphère privée".

Contacté par l'AFP, Guillaume Gibault, le fondateur du Slip Français, s'est dit "secoué" par l'événement, et a précisé que les deux salariés concernés ont été convoqués et mis à pied à titre conservatoire dès vendredi. "Moralement, c'est contraire à nos valeurs. On dénonce ces actes-là (...) On a été très fermes avec eux", a-t-il déclaré à l'AFP. Après la publication de la vidéo sur un premier compte le 1er janvier, "on a réagi tout de suite", a détaillé Guillaume. Gibault.
"Dans un contexte où les choses vont très vite, on fait de notre mieux pour être très fermes. Ce genre de comportement n'a pas sa place dans notre équipe et dans notre démarche, ça n'est pas nos valeurs", a-t-il poursuivi, indiquant envisager de mettre en place un "programme de sensibilisation sur ces sujets-là".

Il a aussi indiqué à l'AFP s'être entretenu vendredi avec Dominique Sopo, le président de l'association SOS Racisme.

Le Slip Français, une marque de sous-vêtements fabriqués en France, qui s'est fait connaître notamment sur les réseaux sociaux, affirme sur son site viser un "impact positif, aussi bien sociétal qu'environnemental".

Fanny Guyomard avec AFP