BFM Business

Le Royaume-Uni qualifie la récession actuelle de "pire récession" depuis 300 ans

Rishi Sunak, le ministre britannique du Budget.

Rishi Sunak, le ministre britannique du Budget. - AFP

Le ministre britannique des Finances vient d'annoncer que le pays allait réaliser le plus grand emprunt de l'Histoire du pays en temps de paix pour faire face à la pire récession depuis des siècles.

Le Royaume-Uni traverse une période "d'urgence économique" et va subir une chute inédite de 11,3% du produit intérieur brut en 2020 en raison de la pandémie de nouveau coronavirus, selon les prévisions officielles dévoilées mercredi par le ministre des Finances Rishi Sunak.

Se présentant devant les députés, le chancelier de l'Échiquier a qualifié la situation économique du Royaume de pire recul depuis plus de 300 ans. Le ministre reprend cette spectaculaire comparaison faite par la Banque centrale du pays en mai dernier.

Cette dernière faisait référence aux différentes périodes de récession qu'a connu le pays à travers l'Histoire. La crise actuelle serait pire en terme de recul économique que celle de 1945 ou de la grande dépression de 1931 (le PIB avait reculé de 4,8%) et même que la crise post-première guerre mondiale de 1919 qui avait vu l'économie britannique reculer de 10,9%.

Pire que les crises du XXème siècle

Pour retrouver un niveau de recul similaire de l'économie, les économistes du Royaume remontent donc rien moins qu'à l'hiver 1709, connu en France sous le nom de "Grand hiver de 1709". Au début de cette année, un épisode de froid intense avait submergé l'Europe entière (la température était déscendue à -20°C selon les estimations) et avait causé une crise de subsistance et des famines. La surmortalité en France due à cet hiver terrible est estimé à 600.000 personnes. Au Royaume-Uni, la destruction des récoltes avait entraîné une chute de l'activité estimé à 14% par les historiens cités dans le quotidien britannique The Guardian.

Les causes de la crise actuelle sont différentes mais les conséquences pourraient être désastreuses.

Notre urgence sanitaire est encore là et notre urgence économique ne fait que commencer. Donc notre priorité immédiate est de protéger les vies et les niveaux de vie, a déclaré le ministre, en présentant un vaste plan de dépenses. Les dégâts économiques vont probablement durer sur le long terme."

Rishi Sunak, qui s'appuie sur les prévisions de l'organisme public OBR (Office for Budget Responsibility) indique que le taux de chômage va atteindre son pic au deuxième trimestre de 2021 à 7,5%. La croissance ne devrait en effet rebondir que de 5,5%, puis atteindre 6,6% en 2022, selon ces prévisions dévoilées lors d'une allocution au Parlement, insuffisant pour retrouver le niveau d'avant-crise.

Pour y faire face, le gouvernement réalise les plus gros emprunts de l'Histoire du pays en temps de paix. Il compte mobiliser dans les prochains mois 280 milliards de livres pour aider l'économie à traverser la tempête. Les services publics recevront notamment au total 55 milliards de livres l'an prochain, que ce soit le système de santé NHS, les écoles ou dans la sécurité.

Une déficit du Budget plus élevé qu'en France

Les dépenses courantes du pays vont progresser de 3,8% cette année et l'an prochain, soit le taux le plus fort en 15 ans. Ces mesures vont faire bondir le déficit public qui devrait atteindre 394 milliards de livres pour l'année budgétaire en cours, soit 19% du PIB, à cause d'efforts sans précédent pour soutenir l'emploi face au choc de la pandémie. Un niveau plus élevé que le déficit du budget français qui devrait s'établir entre 11 et 12% pour l'année 2020 avec le nouveau confinement.

Rishi Sunak, membre du parti conservateur qui se veut le hérault de l'orthodoxie budgétaire, a toutefois averti que, pour tenter de limiter le gouffre des finances publiques, les salaires de la fonction publique seront gelés, sauf pour le NHS et pour les très bas revenus.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco