BFM Business

Le PCF juge “irresponsable” d’inciter les salariés du BTP à travailler

-

- - PHILIPPE HUGUEN - AFP

Le Parti communiste a critiqué dimanche la publication d’un guide sanitaire du BTP pour encourager la reprise des chantiers en France, estimant qu’il ne visait qu’à “protéger juridiquement les employeurs”.

Le Parti communiste a critiqué dimanche la publication de règles sanitaires à respecter dans le BTP face au coronavirus, qui encouragent selon lui la reprise des chantiers au "mépris de la santé des 2 millions de salariés" du secteur.

Dans un communiqué de presse, le parti juge "irresponsable" ce "guide de préconisations de sécurité sanitaire pour la continuité des activités de la construction" publié en fin de semaine.

"L’objectif de ce guide n’est que de protéger juridiquement les employeurs. Le gouvernement veut faire reprendre à marche forcée le plus grand nombre possible de chantiers du BTP, au mépris de la santé de ses 2 millions de salariés", affirme le PCF.

Tous les syndicats contre, sauf la CFDT

Hormis la CFDT (2e syndicat dans le bâtiment, 3e dans les travaux publics), tous les syndicats du secteur s'opposent à un redémarrage de l'activité, qui "mettra de côté la santé et des vies en danger" selon eux.

Dans le même sens, le Parti communiste interroge: "comment imaginer en effet que les salariés puissent respecter strictement la distance minimale d’un mètre ? Comment imaginer qu’ils puissent disposer tous de masques chirurgicaux pour les protéger alors que le manque est déjà criant pour toutes les activités indispensables?"

Le gouvernement a lui insisté jeudi sur la nécessité de reprendre certains chantiers. "On a besoin de ces activités, notamment pour la maintenance de nos réseaux, de nos centrales nucléaires, de nos éoliennes", a déclaré Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique.

Mais le PCF accuse le gouvernement, avec une reprise des chantiers, de vouloir "réaliser des économies sur les montants de chômage partiel à accorder". Il préconise "une fois l’épidémie passée" d'engager "un plan de relance massif pour le BTP, d’au moins 40 milliards d’euros, en priorisant tous les investissements utiles pour la transition énergétique".

N.G. avec AFP