BFM Business

Le Mobile World Congress de Barcelone reporte son édition 2021 au mois de juin

Huawei au MWC de Barcelone

Huawei au MWC de Barcelone - Fred Dufour - AFP

Déjà annulé l'année dernière, l'évènement sera ainsi décalé de plusieurs mois. L'autre salon organisé par l'association internationale d'opérateurs télécoms se déroulera néanmoins en février à Shanghai.

Le salon mondial du mobile de Barcelone (MWC), grand-messe du secteur, a reporté son édition 2021 de mars à juin, ont annoncé mercredi ses organisateurs, qui l'avaient annulé cette année à cause du nouveau coronavirus.

"Nous allons ajuster la programmation de nos évènements et déplacerons notre vaisseau amiral, le MWC 2021, du 28 juin au 1er juillet 2021, ici à Barcelone", a indiqué en conférence de presse John Hoffman, membre de la direction de GSMA, l'association internationale d'opérateurs télécoms qui organise ce salon.

En conséquence, l'autre salon organisé par GSMA, prévu en juin à Shanghai (Chine) et centré sur le marché asiatique, est avancé à fin février et permettra de "mettre à l'épreuve les procédures de sécurité" sanitaire conçus pour l'organisation.

700 sociétés sur place

La Chine présente actuellement une situation épidémiologique bien plus favorable que l'Espagne, pays parmi les plus endeuillés d'Europe et confronté depuis cet été à une deuxième vague de cas parmi les plus importantes du continent.

En février dernier, une cascade d'annulations d'entreprises participantes avait contraint GSMA à annuler le salon de Barcelone deux semaines avant l'ouverture de ce rendez-vous réunissant plus de 100.000 personnes, alors que le virus avait encore une faible incidence connue en Europe.

Mais pour l'édition de 2021, "la demande pour y assister en personne est très, très forte", a signalé M. Hoffman, précisant que GSMA avait déjà signé des contrats avec 700 sociétés pour s'assurer de leur présence.

"Jusqu'ici, nous avons signé des contrats avec 78 de nos 100 principaux exposants et nous en attendons plus. Personnellement, je crois qu'autour de 83 ou 85 viendront ici", a-t-il affirmé, citant notamment des géants tels que Huawei, Ericsson et Nokia.

T.L avec AFP