BFM Business

Laurence Boone (OCDE): "Si on ne rouvre pas, les aides de l'Etat ne vont profiter qu'à l'épargne"

Laurence Boone

Laurence Boone - -

L'économiste française de l'OCDE estime que la croissance mondiale sera plus forte que prévue en 2021 à condition que la campagne de vaccination s'accélère.

Il faut rouvrir les économies au plus vite. C'est le message martelé ce matin par l'économiste française de l'OCDE Laurence Boone sur BFM Business.

L'organisation qui a revu ses prévisions de croissance mondiale à la hausse ce mardi estime que le rebond dépendra avant tout de la capacité des Etats à rouvrir rapidement leurs économies.

"C'est à la fois la vaccination et le soutien budgétaire qui font la croissance aux Etats-Unis. C'est important de se rappeler que ce n'est pas normal que des activités soient fermées que des frontières soient fermées. Il faut rouvrir ces activités et la clé de ça c'est la vaccination", estime Laurence Boone.

L'économiste reconnaît que les stimulus budgétaires mis en place par les Etats auront des effets positifs sur la croissance. Le plan de relance de 1900 milliards de dollars de Joe Biden devrait avoir un effet important sur la croissance américaine. Selon l'OCDE elle devrait être de 6,5% en 2021 contre 3,2% initialement prévue.

Mais ces prévisions plus optimistes dépendent de la capacité des économies à se relancer. Les stimulus budgétaires seuls auraient des effets contre-productifs/

"Si vous ajoutez du stimulus budgétaire -à part peut-être pour certaines catégories de population qui passent à travers les mailles du filet social- [...] le taux d'épargne augmente partout dans tous les pays européens, explique Laurence Boone. Le sujet n'est pas de rajouter du stimulus budgétaire car si on ne rouvre pas l'économie ce stimulus budgétaire va finir sur l'épargne et ce n'est pas ce que l'on veut."

Et pour cela il faut accélérer la campagne de vaccination. Notamment en Europe où les prévisions de croissance restent en deçà de celles des Etats-Unis.

"En marche de guerre avec le vaccin"

"Notre économie européenne a été peu revue à la hausse car la vaccination ne va pas assez vite et donc on ne rouvre pas assez nos économies, estime l'économiste. Le soutien budgétaire est là, mais pas l'accélération de la vaccination. On s'était mis en marche de guerre contre le virus, il faut se mettre en marche de guerre avec le vaccin.

Un retard européen, mais aussi un retard mondial qu'il faudra combler pour que l'économie retrouve son rythme normal.

"Pour que le monde entier rouvre, pour qu'on puisse à nouveau voyager, pour que les chaîne de production soient ouvertes, il faut vacciner pas seulement les pays avancés mais aussi le monde entier et là aussi on est très en retard."
Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco