BFM Business

La France devrait connaitre une violente vague de faillites en 2021

Le nombre de personnes en procédure de rétablissement personnel, sorte de faillite civile, est passé de 28 000 à 48 000 entre 2009 et 2011.

Le nombre de personnes en procédure de rétablissement personnel, sorte de faillite civile, est passé de 28 000 à 48 000 entre 2009 et 2011. - -

Selon les projections de l'entreprise d'assurance-crédit Euler Hermes, les aides de l'Etat devraient maintenir à flot les entreprises jusqu'à la fin de l'année. Mais 2021 s'annonce redoutable avec une hausse attendue de 32% des défaillances d'entreprises.

C'est un véritable tsunami de défaillances qui attend la France. Selon la dernière étude publiée par l'entreprise d'assurance-crédit Euler Hermes, ce jeudi, le nombre de défaillances devrait augmenter de 32% en 2021 contre un recul de 9% cette année. Comment expliquer un tel décalage? Les aides massives de l'Etat permettent, pour le moment, de maintenir à flots les entreprises françaises, très affectées par la crise économique.

Mais cela ne devrait pas durer puisque les entreprises déjà fragiles avant la crise devront honorer leurs engagements, comme le remboursement du Prêt garanti par l'Etat (PGE) ou le paiement du décalage de charges.

Surtout, "le gel de l’état de cessation de paiement et la fermeture des tribunaux de commerce" pendant le confinement "ont maintenu statistiquement en vie des entreprises qui auraient, en temps normal, été déclarées en situation de défaut de paiement."

Résultat, Euler Hermes estime que 62.000 entreprises seront en situation de défaillance en 2021 en France.

Avec cette hausse de 32% des faillites en 2021, la France afficherait ainsi le taux le plus élevé des principaux pays européens étudiés par Euler Hermes. Seul le Royaume-Uni afficherait un score proche (+31%). Mais la France est aussi la seule à afficher un recul des faillites en 2020.

Les prévisions de faillites d'entreprises
Les prévisions de faillites d'entreprises © Euler Hermes

Dans ce contexte, Euler Hermes s'attend à un million d'emplois supprimés en France d'ici la fin de l'année.

Thomas Leroy Journaliste BFM Business