BFMTV
 

Ni Renault, ni l'État, actionnaire à 15% du constructeur, n'ont obtenu de précisions sur les charges qui pèsent sur Carlos Ghosn, gardé à vue au Japon depuis lundi, a fait savoir Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, ce dimanche.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire