BFM Business

L'activité touristique à Paris pourrait chuter de plus de moitié cet été

Une vue de Paris, le 15 juin 2020

Une vue de Paris, le 15 juin 2020 - STEPHANE DE SAKUTIN © 2019 AFP

Selon une estimation de l'Office du tourisme, l'activité touristique de la capitale devrait se situer aux alentours de 40 à 50% de son niveau normal en 2020.

L'activité touristique à Paris pourrait chuter de plus de moitié cet été par rapport au niveau habituel, en raison de la crise sanitaire qui prive la capitale de la majorité de ses visiteurs internationaux, selon une estimation de l'Office du tourisme.

"Nous pensons réaliser entre 40 et 50% de l'activité que nous réalisons habituellement, selon nos premières estimations", basées tant sur les touristes français qu'étrangers, a indiqué mardi Corinne Menegaux, directrice générale de l'Office du tourisme et de congrès de Paris, lors d'un point presse. "Mais on n'a pas de boule de cristal. Surtout qu'on est beaucoup sur du 'last minute': quand il y a une bonne nouvelle" en termes sanitaires ou en cas de réouverture de frontières, "les gens passent en mode réservation, il peut y avoir de bonnes surprises pour cet été", a-t-elle nuancé.

40 à 45 milliiards d'euros de pertes pour le tourisme au niveau national

Sur l'ensemble du territoire français, la facture sera lourde en termes de recettes touristiques: selon "un premier schéma" de projections, "on risque de perdre 40 à 45 milliards d'euros pour l'ensemble de 2020, sur un total de 170 milliards d'euros annuels", a indiqué pour sa part Caroline Leboucher, directrice générale d'Atout France, l'agence qui promeut le tourisme hexagonal à l'étranger. Elle précise que "l'été dernier, sur juillet et août, on avait enregistré 55 milliards d'euros de recettes" dont 41 milliards provenant des touristes internationaux et 14 milliards pour les visiteurs français.

Atout France et l'Office de tourisme de Paris ont mis en place un baromètre commun pour mesurer les intentions de voyage vers la France de 4.000 vacanciers potentiels, issus de dix pays (France, Allemagne, Belgique, Chine, Espagne, États-Unis, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suisse). "Après avoir géré la crise, on est dans une phase de gestion des incertitudes, les repères sont chamboulés, il y a un besoin de comprendre comment la France est perçue afin d'aider les professionnels à mieux cibler leurs offres", indique Caroline Leboucher d'Atout France.

"Les perspectives sont plutôt positives, les gens ont envie de re-voyager. Même si le tourisme local est privilégié, Paris et la France restent des destinations majeures" pour les étrangers, met en avant Corinne Menegaux pour l'Office de tourisme. Selon ce baromètre, "pour tous ceux qui franchiront les frontières, la France maintient sa place de leader des destinations européennes".

P.L avec AFP