BFM Business

L'activité privée en France replonge en septembre au plus bas depuis 4 mois

La reprise de l’activité est particulièrement prégnante dans le secteur de la fabrication de matériel de transport.

La reprise de l’activité est particulièrement prégnante dans le secteur de la fabrication de matériel de transport. - Ludovic Martin - AFP

Le redressement observé depuis mai marque un coup d'arrêt selon l'indice d'IHS Markit. Le repli est particulièrement marqué dans les services.

Après quatre mois de redressement, l'activité du secteur privé en France se retourne à la baisse en France en septembre, marquant un coup d'arrêt à la reprise observée depuis la fin du confinement.

L’indice flash composite d'IHS Markit qui combine l'activité manufacturière et dans les services s’est ainsi replié à 48,5 en septembre contre 51,6 en août. Rappelons qu'un indice inférieur à 50 marque une contraction de l'activité.

C'est dans les services que le repli est le plus important puisque l'indice se fixe en septembre à 47,5 contre 51,5 en août, plus bas de quatre mois.

Repli des exportations

Dans l'industrie, l'activité confirme néanmoins en expension avec 53,0 contre 52,3 en août dans la production manufacturière (plus haut de deux mois) et 50,9 contre 49,8 dans l'industrie manufacturière, plus haut de deux mois.

"La baisse de l’activité du secteur privé s’explique notamment par un repli modéré du volume global des nouvelles affaires notamment venant de l'étrangerr. Celui-ci a en effet diminué pour la première fois depuis trois mois, affichant en outre sa plus forte contraction depuis mai", explique IHS.

Dans les services, "les entreprises ont signalé un fort recul de la demande étrangère pour un septième mois consécutif".

Côté emploi, "la recrudescence du nombre de cas de Covid-19 ainsi que la crainte d’une nouvelle période de confinement prolongée a incité les entreprises françaises à réduire leurs effectifs, la baisse de l’emploi s’est poursuivie en septembre. Le taux de suppression de postes s’est toutefois replié par rapport à août et reste nettement inférieur à celui observé en avril, au plus fort de la pandémie".

Pour Eliot Kerr, économiste à IHS Markit, "Si les données PMI sur le secteur privé français du mois d’août avaient mis en évidence un essoufflement de la reprise, celles du mois de septembre marquent un renversement de tendance par rapport à celle d’un retour de l’activité vers son niveau d’avant crise enregistrée au cours des trois mois précédents. Si la recrudescence du nombre de cas s’est accompagnée de nouvelles restrictions imposées par le gouvernement, elle a également causé une certaine paralysie des entreprises, désormais préoccupées par le risque de nouvelles fermetures dans le cadre d’un éventuel confinement".

A titre de comparaison, l'activité privée baisse également en Allemagne mais dans des proportions moindres avec un indice composite à 53,7 en septembre contre 54,4. Mais l'industrie allemande semble clairement être repartie avec 62,2 dans la production manufacturière, un plus haut de 32 mois.

Dans la zone euro, l'indice composite est également supérieur à celui en France avec 50,1 en septembre. Il marque également un repli de 1,8 point par rapport à août.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business