BFM Business

L'activité de l'industrie manufacturière encore en croissance en octobre

Selon IG Metall, passer à la semaine de travail de quatre jours limiterait les suppressions d'emploi, samedi, dans un contexte de récession
économique due à la pandémie et face aux mutations à venir de l'industrie automobile allemande.

Selon IG Metall, passer à la semaine de travail de quatre jours limiterait les suppressions d'emploi, samedi, dans un contexte de récession économique due à la pandémie et face aux mutations à venir de l'industrie automobile allemande. - John MACDOUGALL

L'indice PMI d'IHS Markit est en hausse sur un mois. La hausse des nouvelles commandes s'est accélérée. Mais cette tendance positive va-t-elle résister au reconfinement?

Avant le reconfinement, l'activité de l'industrie manufacturière française affiche en octobre une croissance "modérée" selon le dernier indice PMI d'IHS Markit. Il affiche 51,3 points contre 51,2 un moins plus tôt, soit un plus haut de trois mois. Rappelons qu'au-dessus de 50 points, l'activité est en expension, en-dessous, elle est en contraction.

Le taux de croissance affiche en outre un niveau conforme à sa moyenne historique.

"La croissance du secteur manufacturier a en partie reposé sur une cinquième hausse mensuelle consécutive de la production, tendance que les répondants expliquent par l’atténuation des effets de la pandémie et le raffermissement de la demande qui en résulte. Cette hausse des volumes d’activité a toutefois été modérée, et la plus faible des cinq derniers mois d’expansion", commente IHS.

Conjoncture de plus en plus défavorable

Parallèlement, l’emploi a continué de reculer, le taux de contraction s’étant toutefois replié pour un deuxième mois consécutif.

Pour autant, cette tendance positive pourrait évidemmentg être remise en question avec les nouvelles mesures de restrictions décidées en France: couvre-feux puis reconfinement national.

La forte hausse des cas de Covid-19 rendant probable le maintien dans la durée des mesures de lutte contre la propagation du virus, le secteur manufacturier français risque d’être confronté à une conjoncture de plus en plus défavorable", souligne ainsi Eliot Kerr, économiste pour IHS.

"Selon les données PMI Flash publiées dernièrement, l’instauration de couvre-feux dans le pays a déjà fortement nui à l’activité des prestataires de services, et cette tendance ne devrait pas tarder à se répercuter sur le secteur manufacturier. A l’approche de l’hiver, on peut également s’attendre à un durcissement des restrictions déjà en vigueur", poursuit-il.

Plus haut de 31 mois en Allemagne

Au mois d'octobre, la France fait moins bien que la zone euro où l'indice PMI s'est hissé en octobre à 54,8 points contre 53,7 en septembre. La croissance de l'activité est particulièrement forte en Allemagne avec un indice à 58,2, un plus haut de 31 mois.

Mais là encore, les perspectives inquiètent. "Malgré le dynamisme actuel du secteur manufacturier, la faiblesse renouvelée de l’activité des fabricants de biens de consommation fait craindre une inversion de tendance dans les prochains mois. En effet, la reprise industrielle ne pourra se maintenir sans un retour à la normale de la consommation des ménages et une consolidation du marché de l’emploi, une situation qui semble pour l’heure improbable compte tenu de la seconde vague de contamination qui se propage actuellement au sein de la région", souligne Chris Williamson, chef économiste chez IHS.

Olivier Chicheportiche Journaliste BFM Business