BFM Business

Une voiture piégée neutralisée à Times Square en plein New York

La police de New York, alertée par un vendeur, a découvert une voiture piégée samedi soir à Times Square, en plein Manhattan, et réussi à neutraliser la bombe qui, si elle avait fonctionné, aurait sans doute fait un grand nombre de morts, selon les autori

La police de New York, alertée par un vendeur, a découvert une voiture piégée samedi soir à Times Square, en plein Manhattan, et réussi à neutraliser la bombe qui, si elle avait fonctionné, aurait sans doute fait un grand nombre de morts, selon les autori - -

par Steve Eder et Clare Balwin NEW YORK - La police de New York, alertée par un vendeur, a découvert une voiture piégée samedi soir à Times Square,...

par Michelle Nichols

NEW YORK (Reuters) - Alertée par un vendeur ambulant, la police de New York a découvert et désamorcé samedi soir une bombe dans une voiture garée à Times Square, à une heure où ce quartier situé en plein Manhattan était bondé de touristes et de spectateurs se rendant au théâtre.

"Nous prenons cela très au sérieux. Nous traitons cela comme un attentat terroriste potentiel", a déclaré dimanche Janet Napolitano, secrétaire à la Sécurité intérieure, invitée de l'émission "State of the Union" sur CNN.

La police a dit n'avoir pas encore déterminé les mobiles ou identifié de suspect. Napolitano pas plus que les autres responsables n'ont dit si l'on soupçonnait des Américains ou des étrangers.

Les autorités ont indiqué que la bombe, faite de propane, d'essence et de feux d'artifice, aurait pu tuer de nombreuses personnes.

"Il ne s'agissait pas d'une fausse alerte. C'était vraiment conçu pour faire des victimes", a déclaré le chef des pompiers, Sal Cassano, ajoutant que si la bombe avait explosé, elle aurait pu souffler la façade d'un immeuble.

New York est en état d'alerte depuis les attentats du 11 septembre 2001, lorsque deux avions détournés ont percuté les tours jumelles du World Trade Center, faisant près de 3.000 morts.

NI MOBILE, NI SUSPECT IDENTIFIÉS

Le maire de New York, Michael Bloomberg, a déclaré dimanche matin lors d'une conférence de presse qu'il ignorait totalement qui était responsable de la tentative d'attentat.

Times Square a été évacuée, mais la plus grande partie a été rendue à la circulation des véhicules et des piétons dimanche peu après cinq heures du matin (09h00 GMT).

Le gouverneur de l'Etat de New York, David Paterson, a estimé que la présence d'explosifs à bord de ce véhicule relevait d'un "acte de terrorisme". "Par chance, il n'y a pas eu de victimes, et maintenant, les forces de l'ordre vont tout faire pour traduire devant la justice les coupables de cet acte de terrorisme", a-t-il dit.

C'est un vendeur de T-shirts qui, vers 18h30 (22h30 GMT) a remarqué un "véhicule suspect, inoccupé" et prévenu un agent de la police montée, lequel a senti une odeur de poudre et vu de la fumée s'échappant d'orifices près de la banquette arrière, a expliqué Bloomberg.

Le véhicule piégé, un Nissan Pathfinder vert sombre aux vitres teintées, immatriculé dans le Connecticut, était garé à l'angle de la 45e rue et de Broadway. Il a été placé sur un camion de dépannage, recouvert d'une bâche et évacué de Times Square avant 6 heures du matin (10h00 GMT).

Son moteur tournait toujours et ses feux de détresse clignotaient.

La plaque minéralogique ne correspondait en fait pas au véhicule en question.

Les démineurs ont retiré et démantelé trois bonbonnes de propane, des feux d'artifice, deux bidons d'essence de 19 litres, deux horloges avec des piles dans chacune des horloges, des fils électriques et d'autres composants.

Le président Barack Obama a salué "la rapidité" avec laquelle la police new-yorkaise a réagi samedi soir, a fait savoir la Maison blanche, qui, dans un communiqué, évoque l'"excellent travail" des forces de l'ordre.

Avec Steve Eder, Clare Baldwin, Jonathan Spicer et Deepa Seetharaman à New York; Jeremy Pelofsky et Ross Colvin à Washington; Marine Pennetier, Eric Faye et Nicole Dupont pour le service français