BFM Business

Trump va réduire de moitié le taux de l'impôt sur les sociétés

Steven Mnuchin a précisé que ce taux bénéficiera en priorité aux petites entreprises

Steven Mnuchin a précisé que ce taux bénéficiera en priorité aux petites entreprises - Brendan Smialowski - AFP

Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a confirmé que le taux d'imposition sur les sociétés serait abaissé de 35% à 15%. Une réduction de taux qui devrait bénéficier avant tout aux petites entreprises.

Alors que Donald Trump doit lever le voile sur sa grande réforme fiscale ce mercredi, son secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a déjà confirmé une mesure forte de ce grand projet. Le taux de l'impôt sur les sociétés, actuellement à 35% va diminuer.

Interrogé par la presse, Steven Mnuchin a répondu: "Je ne rentrerai pas dans les détails (de la réforme, ndlr) mais laissez-moi juste dire que comme le chiffre de 15% a été diffusé dans la presse ces derniers jours, je peux confirmer que le taux d'imposition des entreprises sera de 15%".

Le taux actuel de 35% est l'un des plus élevés des pays de l'OCDE mais le taux effectif est souvent bien inférieur en raison des différentes exemptions et déductions.

Pas une réforme pour les "gens riches"

Steven Mnuchin a souligné mercredi lors d'un débat organisé par la publication "The Hill" à Washington que ce taux réduit s'adresserait en premier lieu aux petites entreprises.

"Cela ne va pas être une nouvelle niche qui laissera les gens riches payer 15% d'impôts alors qu'ils devraient en payer plus. Cela va être pour les petites entreprises qui font marcher l'économie et elles en auront tous les bénéfices", a-t-il souligné.

Donald Trump, qui a pris ses fonctions en janvier, avait promis pendant sa campagne de réformer les impôts et de diminuer la charge fiscale pesant à la fois sur les entreprises et les ménages. Son administration soutient qu'une réduction relancera la croissance et que les recettes supplémentaires dégagées par une accélération de l'économie compenseront le manque à gagner pour le budget fédéral.

Steven Mnuchin a également laissé entendre que cette réforme ne comprendrait pas de taxes sur les importations comme le souhaitaient certains élus républicains du Congrès.

J.M. avec AFP