BFM Business

Trump promet "une hausse historique" du budget de l'armée

Donald Trump assure vouloir "protéger les Américains"

Donald Trump assure vouloir "protéger les Américains" - Bernard Smialowski - AFP

Le président des États-Unis a promis une hausse historique des crédits alloués à la Défense dans le cadre du prochain budget fédéral. Des officiels ont précisé que cette augmentation serait de 54 milliards de dollars.

Le président américain Donald Trump a promis lundi "une hausse historique" de l'enveloppe destinée à la Défense dans le prochain budget fédéral dont les grandes priorités devraient être annoncées dans la journée.

"Ce budget respecte ma promesse de protéger les Américains", a-t-il déclaré à la Maison Blanche devant les journalistes, lors d'une rencontre avec des gouverneurs.

"Il inclura une hausse historique dans les dépenses de la Défense", a ajouté Donald Trump, qui avait fait de la sécurité et de la lutte contre le groupe Etat islamique un des grands axes de sa campagne électorale. Il avait notamment promis de "reconstruire" l'armée en augmentant ses moyens.

600 milliards de dollars de dépenses militaires

Un officiel de la Maison Blanche ont ensuite précisé à l'AFP que cette augmentation représenterait 54 milliards de dollars en plus.

Ce responsable a indiqué que tous les ministères, hormis ceux liés à la sécurité, connaîtraient une réduction de leur budget et qu'il y aurait une "importante réduction" de l'aide internationale.

Début février, des chefs militaires américains avaient décrit devant le Congrès une armée américaine affaiblie par des années de ressources budgétaires insuffisantes et plus de deux décennies de conflits. S'ils ont déjà convaincu Donald Trump, c'est le Congrès qui tient in fine les cordons de la bourse.

Profitant des retraits de troupes américaines d'Irak et d'Afghanistan, son prédécesseur démocrate, Barack Obama, avait réduit les dépenses militaires. À 3,3% du PIB, soit près de 600 milliards de dollars, elles restent toutefois de loin les plus importantes du monde.

J.M. avec AFP