BFM Business

Trump promet de faire baisser le coût du mur avec le Mexique

Donald Trump estime que ses talents d'homme d'affaire permettront de réduire le coût du mur.

Donald Trump estime que ses talents d'homme d'affaire permettront de réduire le coût du mur. - Thimothy Clary - AFP

Alors que de nombreuses estimations font état d'un coût exorbitant pour la construction du mur entre les États-Unis et son voisin, le président américain s'est engagé à le réduire "considérablement".

Donald Trump a promis ce samedi de faire baisser "considérablement" le coût du mur qu'il veut construire à la frontière avec le Mexique et dont les estimations se chiffrent en dizaines de milliards de dollars.

"Je ne me suis pas encore impliqué dans le design ou les négociations. Quand je le ferai, comme avec l'avion de combat F-35 ou le programme Air Force One, le prix va baisser CONSIDÉRABLEMENT!", a ainsi tweeté le président américain.

Celui-ci a mis en avant ses talents d'homme d'affaire, auxquels il attribue le rabais accordé au Pentagone par Lockheed Martin sur l'avion de combat furtif et par Boeing pour la construction de nouveaux avions présidentiels.

De 8 à...40 milliards de dollars

Donald Trump réagissait à de récentes estimations d'experts selon lesquelles le coût de ce mur sur les 3.200 kilomètres de frontière avec le Mexique pourrait largement dépasser les 20 milliards de dollars.

Pendant la campagne, Donald Trump avait chiffré ce chantier à un coût estimé entre 8 milliards et 12 milliards de dollars.

Le président républicain de la Chambre des représentants, Paul Ryan, a de son côté avancé le chiffre de 15 milliards de dollars, le mois dernier.

Le MIT Technology Review estimait, dans un article daté du mois d'octobre, que la facture serait bien plus salée, jusqu'à 40 milliards de dollars.

Donald Trump a signé le 25 janvier un décret lançant le projet de construction de ce mur renforcé le long de la frontière qui séparent les deux pays. Le président américain a affirmé à de multiples reprises son intention de le faire financer par le Mexique, ce que Mexico a catégoriquement refusé.

Y.D. avec AFP