BFM Business

Taxe sur le solaire chinois: Berlin dénonce une "grave erreur" de Bruxelles

Les panneaux solaires chinois vont être soumis à une taxe lors des six prochains mois.

Les panneaux solaires chinois vont être soumis à une taxe lors des six prochains mois. - -

Bruxelles et Berlin fâchées, après le vote en faveur de la taxe sur les panneaux solaires chinois, mardi 4 juin. L'Allemagne craint une détérioration de ses relations commerciales avec l'Empire du milieu et dénonce une "grave erreur" de la Commission européenne.

Les tensions entre l'Allemagne et la Commission Européenne se font de plus en plus vives. Le ministre allemand de l'Economie, Philipp Rösler, a qualifié mercredi 5 juin de "grave erreur" la décision de Bruxelles de taxer provisoirement les importations de panneaux solaires chinois.

Cette imposition de 11,8% sur les panneaux photovoltaïques doit pour le moment rester temporaire. Elle entre en vigueur cette semaine, pour les six prochains mois. Mais l’Allemagne s’oppose à ce projet depuis le départ.

"L'Allemagne a toujours clairement dit que nous, le gouvernement, privilégions le dialogue et non la confrontation", a déclaré Philipp Rösler, sur la chaîne de télévision allemande ARD.

Eviter une guerre commerciale

Avec cette taxe, Bruxelles cherche à protéger l’industrie solaire européenne d’une concurrence jugée déloyale. Le secteur photovoltaïque est à la peine face aux groupes chinois soupçonnés d’être subventionnés par Pékin.

Malgré les accusations de dumping, Berlin voulait à tout prix éviter de fâcher son partenaire chinois.

L'objectif devrait être "d'empêcher dans tous les cas une guerre commerciale, qui s'étendrait à bien davantage de secteurs que le seul secteur du photovoltaïque", a ajouté le ministre de l’Economie allemand.

En recevant à Berlin fin mai le Premier ministre chinois Li Keqiang, la chancelière allemande Angela Merkel avait déclaré vouloir faire "tout, pour trouver une solution par la discussion".

L'Allemagne compte quelque 10.000 entreprises dans le secteur solaire, employant au total 120.000 personnes. Mais parmi celles-ci, seules 350 sont des producteurs de panneaux, les autres étant plutôt des revendeurs ou des installateurs qui profitent des panneaux chinois bon marché.

Romain Fonsegrives avec AFP