BFM Business

Solaire: des industriels européens à la peine

L'Europe pourrait taxer à près de 50% l'importation de panneaux solaires chinois.

L'Europe pourrait taxer à près de 50% l'importation de panneaux solaires chinois. - -

La Commission européenne a proposé ce mercredi aux états membres de taxer à 47% les importations de panneaux solaires chinois. Le but: aider les industriels européens du secteur, en grande difficulté.

La guerre commerciale entre l'Europe et la Chine est bel et bien déclarée. La Commission européenne a présenté ce mercredi 8 mai une proposition pour taxer lourdement l'importation de panneaux solaires chinois.

Une décision sensible qui pourrait mettre à mal les relations entre Bruxelles et Pékin. La Commission propose des taxes qui seront en moyenne de 47%. Les États membres devront se prononcer d'ici le 5 juin sur cette mesure spectaculaire destinée à protéger des fabricants européens en grande difficulté.

Certains industriels sont menacés de disparition. Rien qu’en 2012, une vingtaine d’entre eux ont mis la clé sous la porte. Plusieurs firmes allemandes, comme le leader du secteur Q-Cells, et françaises ont fermé et licencié leur personnel.

Des Etats européens s'inquiètent de ce bras de fer

Il faut dire que la production chinoise de panneaux solaires a quadruplé entre 2009 et 2011. Les Chinois contrôlent désormais 80% d'un marché européen dont ils étaient presque absents il y a quelques années. En 2011, 21 milliards de panneaux solaires chinois ont été exportés vers l'Europe.

Ces produits sont vendus la moitié du prix de leurs équivalents produits en Europe, d'où la colère des industriels européens. Certains d'entre eux ont ainsi porté plainte devant l'Organisation mondiale du commerce. La Commission européenne a par ailleurs ouvert sa plus vaste enquête en date sur des accusations de pratiques anticoncurrentielles.

Ce bras de fer avec le partenaire chinois préoccupe néanmoins certains États de l'Union. Ils mettent en garde contre un différend sérieux avec la Chine, deuxième partenaire commercial de l'Europe. Bruxelles devrait en conséquence chercher à résoudre le contentieux par la négociation avec Pékin.

Sarah Camus