BFM Business

Solaire: l'Europe propose de taxer les panneaux chinois

Les panneaux solaires sont l'objet d'une guerre commerciale entre l'Union européenne et la Chine.

Les panneaux solaires sont l'objet d'une guerre commerciale entre l'Union européenne et la Chine. - -

La Commission européenne a annoncé ce mercredi 8 mai la mise en place de taxes anti-dumping sur les panneaux photovoltaïque fabriqués en Chine. Pékin s'indigne d'une telle éventualité.

Les panneaux solaires, un dossier brûlant entre l'Europe et la Chine. La Commission européenne a présenté ce 8 mai une proposition pour taxer lourdement l'importation d'équipement solaire chinois. Une décision très sensible qui pourrait mettre à mal les relations entre Bruxelles et Pékin. La Commission propose des taxes qui seront en moyenne de 47% et les Etats membres devront se prononcer d'ici le 5 juin.

Le conflit commercial dure depuis des mois. D'un côté, la Chine a parié sur l'industrie des panneaux solaires, si bien qu'en quelques années, elle a raflé les trois quarts du marché mondial. Chaque année, le pays vend pour plus de 20 milliards d'équipement photovoltaïque à l'Europe. De l'autre, les pays européens justement, qui tentent de protéger leurs industriels.

Les Etats-Unis, l'an dernier, ont imposé des taxes allant jusqu'à 250%!

La Chine saisi l'OMC

L'idée pour Bruxelles est d'imposer de nouvelles règles à la Chine, mais de façon temporaire. Un moyen de faire pression sur son deuxième partenaire commercial. Mais une telle décision pourrait en retour pousser Pékin à prendre des mesures de rétorsion.

Les autorités chinoises ont saisi l'Organisation mondiale du commerce en novembre dernier. Ironie de l'histoire, elles accusent certains pays européens de subventionner leurs propres fabricants de panneaux solaires. Une plainte qui intervenait en réponse à l'ouverture par la Commission européenne d'une enquête anti-dumping sur les panneaux solaires chinois. Subventions contre subventions, l'OMC n'a pour l'instant pas tranché. Un dossier pour son nouveau patron qui sera désigné ce mercredi.

Isabelle Gollentz et BFM Business