BFM Business

Suède : percée historique de l'extrême-droite en vue

Jimmie Åkesson, leader du parti Les Démocrates de Suède

Jimmie Åkesson, leader du parti Les Démocrates de Suède - Johan NILSSON / TT News Agency / AFP

L'extrême-droite devrait sortir grande gagnante des élections législatives, régionales et municipales qui ont lieu dimanche en Suède, bouleversant le paysage politique du pays.

Ce serait une percée historique pour l'extrême-droite en Suède. Les Démocrates suédois (SD) sont en effet crédités de plus de 20% des voix dans les sondages. Le parti a vu ses thèmes de prédilection s'imposer dans le débat public depuis quelques années, alors que la politique d'asile, l'intégration, et l’avenir de l’Etat-providence suédois arrivent en tête des préoccupations des électeurs, 

La Suède a fermé ses frontières

Entre 2014 et 2015, la Suède a accueilli 250 000 réfugiés. 
La coalition gouvernementale, composée des Verts et des Sociaux-démocrates, a depuis considérablement durci sa politique à l’égard des demandeurs d’asile : depuis 2016 elle a quasi suspendu le regroupement familial et ne délivre plus que des permis de séjour temporaires et non permanents. Par ailleurs, le gouvernement a instauré cette année un quota de 14 000 réfugiés, soit 2 fois moins qu’en 2017. Un tour de vis que la ministre des Finances juge «adapté à la réalité», et qui vise selon elle à garantir «un bon Etat-providence pour tout le monde en Suède»

Le parti d'extrême-droite (SD), faiseur de roi

Mais pour l'instant, ce tour de vis ne profite pas aux partis de la coalition gouvernementale. Alors que l'extrême-droite devrait récolter plus de 20% des voix, les sociaux-démocrates ne dépassent pas pour l'instant 25% des intentions de vote, selon les derniers sondages, un score historiquement bas. Par ailleurs, aucun des blocs politiques traditionnels ne devrait être en mesure de former une majorité. La formation d'une coalition s'annonce difficile: «la Suède pourrait connaître des gouvernements plus faibles et plus instables que ceux auxquels le pays est habitué», prédit Johan Martinsson, professeur de sciences politiques à l’université de Göteborg, dans une tribune parue dans le Monde. Les Démocrates de Suède pourraient donc jouer les faiseurs de roi en Suède. 

Delphine LIOU