BFM Business

Standard and Poor's entrevoit une sortie de crise de l'Europe

S&P prévient que les pays devront continuer à stabiliser leur dette et leur déficit pour arriver à sortir de la crise

S&P prévient que les pays devront continuer à stabiliser leur dette et leur déficit pour arriver à sortir de la crise - -

L'agence de notation a publié une note, mercredi 9 janvier, dans laquelle elle envisage une possible sortie de crise de la dette souveraine, pour la zone euro en 2013. A condition toutefois que les Etats poursuivent leurs efforts.

Standard and Poor’s (S&P) n’a pas pour habitude de céder à l’optimisme. Il y a bientôt un an, elle avait été la première à priver la France de la note la plus élevée, le triple A, avant que Moody’s ne lui emboite le pas en novembre dernier. A ce moment précis, Standard and Poor’s s’inquiétait des conséquences que la crise européenne pourrait avoir sur l’Hexagone.

Un an après, l’agence de notation envisage, avec prudence, une sortie de crise pour l‘Europe. L’agence a ainsi publié, mercredi 9 janvier, une note intitulée "la crise de la dette en zone euro : 2013 pourrait être une année charnière".

Dans ce document, S&P entrevoit une possible sortie de crise de la dette souveraine pour le Vieux Continent. "Cette année pourrait être décisive pour déterminer si la zone euro peut émerger de ses problèmes liés aux dettes souveraines", explique ainsi l’agence.

Des objectifs qui peuvent être atteints

"Néanmoins, nous croyons que la confiance des investisseurs ne reviendra que si les États membres poursuivent le rééquilibrage de leurs économies, à la fois en stabilisant structurellement les dettes publiques et en réduisant davantage les déficits extérieurs", estime Moritz Kraemer, analyste crédit Europe chez Standard & Poors."Ces objectifs sont difficiles mais peuvent être atteints", poursuit l'agence de notation.

En 2012, une partie des tensions sur la dette souveraine des pays de l’Union européenne est retombée grâce à l’espoir qu’a suscité la Banque centrale européenne (BCE) et son plan d’intervention anti-crise.

La crise sur certains pays périphériques de l’Europe a été circonscrite pour limiter le risque de contagion. L’Irlande, pays ayant fait l’objet d’un sauvetage européen en 2010, est même revenue se financer sur les marchés en juillet.

Julien Marion et AFP