BFM Business

Standard and Poor’s enfonce la Russie

Stand and Poor's accorde désormais à la Russie la note BB+

Stand and Poor's accorde désormais à la Russie la note BB+ - Emmanuel Dunand - AFP

L’agence de notation a dégradé la note souveraine du pays ce lundi, le plaçant ainsi en catégorie spéculative. Conséquence: le rouble perdait de nouveau du terrain face au dollar.

Nouveau coup dur pour la Russie. L'agence de notation Standard & Poor's a abaissé d'un cran la note de la Russie, désormais fixée à "BB+", la faisant du coup passer dans la catégorie "spéculative", selon un communiqué publié lundi.

Pour justifier sa décision, S&P, qui n'exclut pas d'abaisser encore cette note, a mis en avant la détérioration de la flexibilité monétaire du pays, ainsi que la dégradation de ses perspectives de croissance.

Mi-janvier, le ministre russe de l'Economie, Alexeï Oulioukaïev, avait jugé "assez forte" la probabilité de voir l'agence de notation abaisser la note de la Russie. Celle-ci avait adressé en décembre un avertissement, après une chute historique du rouble qui a plongé le pays dans sa pire crise monétaire en quinze ans de pouvoir de Vladimir Poutine.

Le rouble perdait d'ailleurs plus de 5% face au dollar après l'annonce de S&P.

Vers une inflation de plus de 10%

Ce passage en catégorie "spéculative" va automatiquement écarter la dette russe du portefeuille de certains investisseurs et risque d'accélérer les fuites de capitaux massives causées par la crise ukrainienne.

Fin décembre, Alexeï Oulioukaïev avait aussi estimé que si la menace d'abaissement de la note était mise à exécution, cela aurait des "conséquences matérielles" pour Moscou, qui pourrait se trouver contraint de rembourser de manière anticipée jusqu'à 30 milliards de dollars de dette.

L'agence ajoute que l'inflation en Russie devrait dépasser 10% en 2015 tandis que la croissance devrait avoisiner 0,5% seulement par an sur la période 2015-2018, contre 2,4% en moyenne sur les quatre années précédentes.

Une autre agence de notation, Fitch Ratings, avait abaissé début janvier la note de la Russie, tout en la maintenant au-dessus de la catégorie "spéculative".

Y.D. avec agences