BFM Business

Royal Bank of Scotland aurait poussé des PME à la faillite

Royal Bank of Scotland aurait poussé ses clients à la faillite.

Royal Bank of Scotland aurait poussé ses clients à la faillite. - -

Le gouvernement britannique a lancé une enquête sur la banque, qu'elle possède à 81%. Elle aurait poussé ses clients à l'échec sous des prétextes fallacieux, pour ensuite les racheter au plus bas prix.

La polémique enfle autour de Royal Bank of Scotland. La banque a été accusée lundi 25 novembre d'avoir poussé des PME à la faillite, ce qui pourrait entraîner des poursuites pénale.

L'affaire est en tous cas suffisamment grave pour se retrouver devant le SFO, le bureau des fraudes sérieuses, ou autrement dit, l'organisme britannique chargé de traiter uniquement les cas graves ou complexe de délinquance financière.

En effet, selon le Financial Times, plusieurs anciens cadres de Royal Bank of Scotland auraient été entendus par cet organisme. Des poursuites pénales pourraient donc être engagées.

Il faut dire que les accusations sont particulièrement lourdes dans cette affaire: la banque aurait délibérément poussé des entreprises en bonne santé à la faillite.

Une enquête qui touche tous les étages

Une mécanique bien rôdée opérait à plusieurs étages de la banque. Selon un rapport du ministère du Commerce, des PME sans réelles difficultés étaient d'abord orientées vers le service restructuration pour divers prétextes abusifs.

Elles étaient ensuite soumises à des amendes parfois exorbitantes, les obligeant à vendre leurs actifs. Ce qui permettait à Royal Bank of Scotland de les racheter à prix bradés.

De quoi ternir un peu plus la réputation de la Royal Bank of Scotland.

Caroline Morisseau