BFM Business

Réchauffement climatique : vous êtes 70% à penser que l’homme s’adaptera

-

- - -

Pour 70% des lecteurs de BFMBusiness.com, l’homme s’adaptera au changement climatique. Si le rapport du GIEC sur le sujet est contesté, les conséquences des évolutions climatiques pourraient modifier notre mode de vie.

La planète se réchauffe, les océans montent ? Pas de panique, l’homme se débrouille toujours. C’est du moins ce que pensent les lecteurs de BFMBusiness.com, qui estiment à 70% que l’homme sera capable de s’adapter au changement climatique. Pourtant, ce qui nous arrive est unique dans l’histoire : « Pour la première fois, il va falloir assurer le devenir des générations futures et la stabilité démographique, tout en essayant de préserver les énergies », explique Pascal Picq, paléoanthropologue et maitre de conférences au Collège de France.

Maladies infectieuses, ressources rares...

Selon le GIEC, la hausse des températures est inévitable, entre 0,3 et 4,8 degrés dans les prochaines décennies. Pourtant, nombreux sont les scientifiques à contester ces chiffres.
« Même le Giec doit désormais reconnaître que la température de la Terre n’augmente plus depuis quinze ans. La hausse du niveau des mers, actuellement de l’ordre de 3 millimètres par an, est tout à fait comparable à celle du XXe siècle. Trois fois plus faible que ce qu’il faudrait pour permettre au scénario catastrophe du GIEC de se réaliser », estime le mathématicien Benoît Rittaud, auteur du Mythe climatique. Quoi qu’il nous arrive, des changements se préparent : la hausse des températures pourrait favoriser le développement des maladies infectieuses et avoir un impact sur des populations particulièrement vulnérables (personnes âgées, nourrissons ou personnes souffrant de troubles respiratoires). Les ressources agricoles ou de la pêche pourraient aussi évoluer, nous obligeant à revoir nos modes de vie et de consommation.

Plus d’informations sur BFMBusiness.com

Le titre de l'encadré ici

|||SPECIAL RETRAITES : Poser toutes vos questions à notre expert, en cliquant ici

M. Chaillot avec BFM Business