BFM Business

Procédure sur les vins de l'UE: la Chine joue la confrontation

La Chine a décidé de punir l'Europe en s'en prenant aux vins européens.

La Chine a décidé de punir l'Europe en s'en prenant aux vins européens. - -

Le ministère chinois du Commerce a annoncé, mercredi 5 juin, l'ouverture d'une enquête sur les importations de vins de l'Union européenne, accusées d'entraver la concurrence, en représailles à la hausse des droits de douane européens sur les panneaux solaires venus de Chine.

La Chine a annoncé, mercredi 5 juin, lancer une enquête antidumping et anti-subventions sur les vins importés de l'Union européenne, au lendemain de la décision de la Commission européenne d'instaurer des taxes provisoires sur le solaire chinois.

Ce n'est pas la première fois que Pékin réplique par des mesures visant des produits européens après que l'Europe eut décidé d'enquêtes ou de taxes visant des sociétés ou des produits chinois.

Quelques heures plus tôt, l'agence de presse officielle Chine nouvelle avait prévenu que les taxes "punitives" annoncées par l'Union européenne n'étaient "pas susceptibles d'inciter à une réponse amicale de la Chine". La décision de la Commission européenne risque de faire "dérailler" les relations commerciales entre la Chine et l'Union européenne, a même affirmé l'agence d'Etat.

Bruxelles s'inquiète de la concurrence

La Commission européenne a annoncé, mardi 4 juin, l'instauration de droits de douane sur le solaire chinois, malgré les réticences de plusieurs Etats de l'UE et les craintes de représailles commerciales de Pékin.

L'exécutif européen a opté pour des mesures progressives: à partir du 6 juin, les taxes seront au taux de 11,8%, et passeront deux mois plus tard à 47,6% en moyenne si la Commission ne parvient pas à trouver un accord avec Pékin.

En prenant cette mesure, loin de faire l'unanimité au sein même de l'Union, Bruxelles cherche à protéger l'industrie photovoltaïque européenne d'une concurrence qu'elle juge déloyale. Le secteur a fait face à des faillites en série en Europe, incapable d'atteindre la compétitivité de groupes chinois soupçonnés d'être subventionnés par Pékin.


A LIRE AUSSI:

>> Solaire: Bruxelles choisit la confrontation avec la Chine

>> Solaire: des industriels européens à la peine

A. G. avec AFP