BFM Business

Pourquoi les ventes d'armes baissent depuis l'élection de Trump

Les ventes d'armes s'effondrent aux États-Unis depuis que Trump a été élu.

Les ventes d'armes s'effondrent aux États-Unis depuis que Trump a été élu. - Dominick Reuter - AFP

Depuis l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, les ventes de pistolets et fusils se sont effondrées sur le sol américain. En cause, paradoxalement, sa bienveillance envers le lobby des armes à feu.

Depuis l'élection du candidat républicain à la présidentielle, les ventes d'armes à feu s'effondrent aux Etats-Unis, raconte Quartz ce lundi. Et les deux phénomènes ont clairement un lien de cause à effet.

Sturm, Ruger & Co, le deuxième fabricant d'armes aux États-Unis, a annoncé que les contrôles des antécédents criminels des acheteurs d'armes avaient chuté de 17% en décembre et de 24% en janvier. Des contrôles obligatoires de la part des vendeurs aux États-Unis. Ce qui veut dire que la demande pour des armes à feu a bien baissé. Le leader, Smith & Weston, connaît également une baisse de ces vérifications.

"De bien meilleurs profits avec Hillary"

En cause: la bienveillance de l'administration Trump à l'égard des propriétaires de fusils et autres revolvers, et de ceux qui envisagent de le devenir. Cette bienveillance les rassure tellement qu'ils ne se sentent plus obligés d'acheter des armes en masse en prévision d'un éventuel durcissement de la législation, explique Quartz.

À l'inverse, pendant la campagne qui a longtemps donné la candidate démocrate Hillary Clinton favorite, les ventes d'armes s'étaient multipliées. La prétendante à la Maison Blanche avait fait du lobby des armes, la puissante NRA, son principal ennemi. Le PDG de Sturm, Ruger & Co se frottait d'ailleurs les mains à propos de son éventuelle élection: "Nous dégagerons de bien meilleurs profits si Hillary Clinton accède à la présidence", avaient déclaré Michael Fifer en février 2016.

Des ventes décuplées sous Obama

Ces baisses actuelles sont également le contrecoup des énormes hausses des ventes qu'ont connu les fabricants d'armes sous les précédentes mandatures. Comme le racontait le journal Les Échos l'année dernière, chaque fois que Barack Obama évoquait une réglementation sur les ventes d'armes, ces dernières explosaient.

En décembre 2015, elles avaient connu leur meilleur mois depuis 20 ans, à 1,6 million d'unités, juste après que le président démocrate avait menacé de faire passer une loi fédérale pour durcir les règles sur les armes. Sur l'ensemble de sa présidence, elles avaient décuplé, de plus de 1.000% chez Smith & Wesson, le numéro 1 américain. Mais le fabricant affirme que l'effondrement de ses ventes depuis que Trump a été élu a compensé tous les gains qu'il a connu auparavant.

Nina Godart