BFM Business

Pourquoi les jeunes patrons sont cinq fois plus forts que les vieux

-

- - Pexels

"Les entrepreneurs de la génération Y sont à la tête d’entreprises qui réalisent en moyenne un chiffre d’affaires 5 fois supérieur à celui de leurs homologues de plus de 55 ans selon une étude de HSBC. "

Mark Zuckerberg, Evan Spiegel (le créateur de Snapchat) ou encore Benjamin Cardoso, le fondateur de LeCab... Leur point commun? Ils ont à peine la trentaine (ou même pas pour Spiegel) et sont les créateurs d'entreprises qui bousculent leur secteur. Et ces réussites éclatantes sont les arbres qui cachent la forêt. Les jeunes issus de la génération Y (nés entre le début des années 80 et le milieu des années 90) sont de meilleurs entrepreneurs que leurs aînés. C'est l'enseignement que l'on peut tirer d'une étude réalisée par HSBC dans 8 pays auprès de 2.834 chefs d'entreprises. 

Les entrepreneurs de la génération Y sont à la tête d’entreprises dont le chiffre d’affaires est en moyenne 5 fois supérieur à celui de leurs homologues de plus de 55 ans. Le chiffre d'affaires est en moyenne de 11,5 millions de dollars pour les entreprises créées par les moins de 35 ans contre 2,5 millions pour les plus de 55 ans. Et il s'agit pour l'immense majorité des jeunes d'entreprises qu'ils ont eux-mêmes créées. Par exemple en France, si 81% de ces jeunes sont issus de familles d'entrepreneurs, seuls 8% ont choisi d’intégrer l’entreprise familiale.

Une jeune génération plus efficace mais aussi hyper-active. Toujours selon l'étude, les entrepreneurs de moins de 35 ans interrogés ont en moyenne des participations actives dans cinq entreprises, contre trois pour les plus âgés.

"Elle révolutionne la nature de l'entrepreneuriat" 

Et si ces jeunes patrons gèrent des entreprises cinq fois plus importantes que leurs aînés, l'écart de leurs fortunes est en revanche moins important. Les jeunes ont un patrimoine moyen de 4,8 millions de dollars contre 3,7 millions pour les autres. Ce qui est logique vu qu'il y a un effet d'accumulation dans le temps qui joue en faveur des plus âgés. Mais ce n'est pas la seule raison. Les jeunes seraient plus enclins à embaucher (leurs entreprises comptent 123 salariés en moyenne contre 58 pour leurs aînés) et donc à partager les richesses créées. Et par ailleurs, ils sont plus versés dans les oeuvres caritatives. Parmi les jeunes entrepreneurs les plus aisés, 89% ont activement participé à des actions philanthropiques au cours de l’année dernière

Voilà pour le constat. Mais pourquoi les jeunes seraient de meilleurs entrepreneurs que les autres? Tout simplement parce qu'ils ont une vision différente du métier. "La nouvelle génération d’entrepreneurs révolutionne la nature de l'entrepreneuriat, observe François Essertel, directeur de HSBC Private Bank France. Leur motivation est tant d’avoir une influence sur le monde que d’augmenter leur patrimoine personnel. Les entrepreneurs de la génération Y ont une approche très pragmatique de l’entreprise, et cela se reflète dans la manière dont ils gèrent leur patrimoine et leurs actions philanthropiques." Une génération qui serait aussi plus courageuse que la précédente. C'est notamment ce que pense Olivier Mathiot, le PDG de PriceMinister. "Les jeunes sont meilleurs que nous à l'international par exemple, explique-t-il. Le rapport au monde dans sa globalité a changé pour cette nouvelle génération d'entrepreneurs qui se lance: l'ambition du 'born global' est dans leur ADN, alors qu'il y a 10 ou 15 ans on envisageait l'internationalisation comme un espoir pour une 2eme ou 3eme étape." De bon augure pour l'avenir. 

Méthodologie de l'étude

La recherche a été effectuée en ligne ente août et septembre 2015 par une agence indépendante de recherche de marché. Il y a eu un total de 2.834 réponses de la part de chefs d'entreprises dont le chiffre d'affaires est compris entre 10.000 et 100 millions de dollars. Dans le communiqué de presse, le terme entrepreneurs désigne les personnes qui a) possèdent ou ont tiré leur richesse principalement d’une entreprise; et b) ont un patrimoine personnel de plus de 250.000 dollars. Les entrepreneurs de la génération Y désignent les personnes de moins de 35 ans à la date de l’étude. La recherche a couvert la Chine continentale, Hong Kong, Singapour, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France, les Etats-Unis, les Emirats Arabes Unis et l’Arabie Saoudite.

Frédéric Bianchi