BFM Business

Pour Trump, le Brexit va donner une "identité" au Royaume-Uni

Theresa May, Première ministre du Royaume-Uni et Donald Trump, président des États-Unis.

Theresa May, Première ministre du Royaume-Uni et Donald Trump, président des États-Unis. - MANDEL NGAN / AFP

Le président américain, qui n'a pas caché son intention de passer des accords de libre-échange avec le Royaume-Uni, recevait la Première ministre britannique, Theresa May, à Washington.

Lors d'une conférence de presse expédiée qui s'est tenue ce vendredi à Washington en compagnie de la Première ministre britannique Theresa May, Donald Trump a de nouveau fait part de sa satisfaction à l'idée de voir le Royaume-Uni quitter l'UE. "Le départ des Britanniques de l'Union européenne (Brexit) va donner une 'identité' au Royaume-Uni" a-t-il estimé.

Et le président américain de poursuivre: "Le Brexit va être une chose merveilleuse pour votre pays". "Quand ça va s'aplanir, vous allez avoir votre propre identité, et vous allez avoir les gens que vous voulez dans votre pays. Et vous allez pouvoir conclure des accords de libre-échange sans avoir quelqu'un qui vous surveille et regarde ce que vous faites", a-t-il ajouté.

"J'ai une très mauvaise expérience" de l'Union européenne

Donald Trump avait affiché, quelques jours avant son investiture, sa volonté de conclure "rapidement" un accord commercial avec le Royaume-Uni, qui négocie actuellement les conditions de sa sortie de l'Union européenne. "J'ai une très mauvaise expérience" de l'Union européenne, a-t-il fait valoir. Quand "j'ai quelque chose dans un autre pays, c'était très très dur d'obtenir les autorisations", a déclaré le président américain.

"C'était rapide, facile et efficace d'obtenir les autorisations du pays. Mais c'était très très difficile d'obtenir les autorisations du grand groupe --je les appelle le consortium", a-t-il détaillé. Le Brexit "au final sera un formidable atout, pas un énorme frein", a conclu Donald Trump.

La Première ministre Theresa May a pour sa part expliqué avoir "en commun" avec M. Trump de "mettre les intérêts des travailleurs ordinaires sur le devant de la scène". "Ces gens qui, vous savez, travaillent de longues heures. Ils font tout leur possible pour leurs familles et parfois ils se sentent juste lésés", a-t-elle déclaré.

P.L avec AFP