BFM Business

Pour Donald Trump, une "grave récession" pourrait faire plus de victimes que le coronavirus

-

- - AFP

Le chef de l'Etat américain, qui s'exprimait ce mardi sur Fox News, a indiqué qu'une "grave récession" pourrait faire plus de victimes que le nouveau coronavirus aux Etats-Unis.

La crise économique consécutive à la pandémie pourrait-elle se révéler plus meurtrière que celle du coronavirus? Pour Donald Trump, la réponse est claire. C'est "oui".

Dans une interview retransmise sur la chaîne Fox News ce mardi, le président américain s'est montré particulièrement alarmiste quant à la situation économique et sanitaire que connaît son pays du fait de la pandémie.

"On perd des milliers et des milliers de personnes chaque année à cause de la grippe, et on ne met pas le pays à l'arrêt", a-il affirmé à cette occasion.

La grippe fait environ 37.000 morts en moyenne chaque année aux Etats-Unis. Le nouveau coronavirus a entraîné la mort de 600 personnes, avec près de 50.000 cas officiellement déclarés, selon le comptage de l'université John Hopkins.

"On peut perdre un certain nombre de personnes à cause de la grippe. Mais on risque de perdre plus de personnes en plongeant le pays dans une récession grave ou une dépression", a-t-il précisé, évoquant la possibilité de "milliers de suicides".

"Retourner au travail"

Tandis qu'il exprimait le souhait que l'activité économique puisse reprendre rapidement, il a précisé qu'il convenait, selon lui, de permettre à chacun de "retourner au travail, beaucoup plus tôt que les gens ne le pensent".

"Les gens peuvent retourner travailler et ils peuvent aussi faire preuve de bon sens" en pratiquant la distanciation sociale et en suivant les conseils sanitaires, a-t-il expliqué.

Durant cette interview, Donald Trump a, par ailleurs, alerté quant au fait qu'un confinement prolongé aux Etats-Unis pourrait plonger l'économie dans la crise et "détruire" le pays.

"On peut détruire un pays en le fermant de cette façon", a-t-il ajouté, indiquant qu'il réévaluerait la semaine prochaine les effets de la période de confinement recommandé de 15 jours.

"Nous allons rouvrir assez rapidement", a poursuivi le président, estimant toutefois que les restrictions dureraient certainement "un peu plus longtemps" que les 15 jours initialement annoncés.

"J'adorerais rouvrir" le pays "d'ici Pâques", a-t-il finalement concédé.

JCH avec AFP