BFM Business

«Plus les Etats-Unis feront pression, plus il y a de risques de voir le yuan glisser»

Le bras de fer commercial entre les Etats-Unis et la Chine s'étend désormais aux devises. La Chine a décidé de dévaluer sa monnaie. Analyse d'Alexandre Baradez, responsable de la stratégie de marchés au sein d’IG.

En procédant ce mardi 6 août à une nouvelle dévaluation de sa devise tout en abaissant le cours pivot du yuan de presque 0,7%, la Chine a positionné le yuan à son plus bas niveau depuis la crise financière de 2008. Un geste qui intervient seulement quelques heures après les déclarations de l’administration Trump. Laquelle administration accuse désormais officiellement la Chine de manipuler sa devise et réclame, de ce fait, l’intervention du Fonds Monétaire International (FMI).

Reste maintenant à déterminer quel était l’intérêt de la Chine à dévaluer sa devise dans ce contexte de guerre commerciale. Pour Alexandre Baradez invité ce mardi dans Good Morning Business, il convient de prendre en considération un certain nombre d’éléments :

« Tout d’abord, elle ne dit pas qu’elle la dévalue. Mais effectivement le fait que le yuan baisse très fortement par rapport au dollar ces derniers temps, cela a des effets permettant de limiter l’impact de la hausse des taxes sur les importations chinoises aux Etats-Unis ». Et d’ajouter : « Plus les Etats-Unis feront pression et augmenteront le plafond des taxes sur les biens chinois qui rentrent sur le territoire américain, plus le risque est de voir le yuan glisser par rapport au dollar. Pour les observateurs, ‘oui’, c’est une dévaluation ».

La Chine, as de la manipulation monétaire ?

A la question : « quelle(s) réaction(s) peut-on anticiper de la part des Etats-Unis ? », Alexandre Baradez répond qu’il s’observe déjà « clairement une escalade ».

« Cela n’a pas tardé d’ailleurs puisque seulement quelques heures après (l’annonce de la Chine de dévaluer sa devise), le trésor américain a qualifié pour la première fois depuis plus de vingt ans la Chine de manipulatrice de devises. Cela a des conséquences importantes puisque cela signifie que le trésor américain peut prendre des mesures derrière… Le risque quel est-il ? C’est qu’effectivement les Etats-Unis interviennent. Et pour l’instant, ils font les choses dans l’ordre. C’est-à-dire qu’ils se tournent vers le FMI pour se plaindre des mouvements de la Chine. Mais il semble clair que, dans les mois qui viennent, la bataille va aller sur le terrain des devises ».

>A lire : Faut-il craindre une nouvelle guerre des monnaies ?