BFM Business

Pékin prévoit "de la souffrance" en cas de guerre commerciale

"Une guerre commerciale n'est dans l'intérêt ni des deux pays ni des deux peuples", a déclaré un officiel chinois.

"Une guerre commerciale n'est dans l'intérêt ni des deux pays ni des deux peuples", a déclaré un officiel chinois. - JEWEL SAMAD - AFP

Le gouvernement chinois a déclaré samedi que mettre un frein aux échanges commerciaux entre la Chine et les États-Unis, comme compte le faire Donald Trump, mènerait à "de la souffrance en pure perte".

Une guerre commerciale produirait "de la souffrance en pure perte", a averti samedi le gouvernement chinois, alors que le président américain Donald Trump a menacé de pénaliser les importations chinoises, accusées de "voler" des emplois aux États-Unis.

"Une guerre commerciale n'est dans l'intérêt ni des deux pays ni des deux peuples", a déclaré devant la presse le nouveau ministre chinois du Commerce, Zhong Shan, en marge de la session annuelle du parlement. "On peut dire qu'une guerre commerciale ne ferait que provoquer de la souffrance en pure perte", a-t-il lancé.

Donald Trump a menacé pendant sa campagne électorale d'imposer des droits de douane prohibitifs sur les produits chinois, et il est désormais en position de mettre ses menaces à exécution, a affirmé début mars le secrétaire américain au Commerce Wilbur Ross, avertissant que des sanctions seraient adoptées "dès qu'un dossier spécifique aura été bouclé".

"Des partenaires très importants l'un pour l'autre"

Mais pour le ministre chinois, "la Chine et les États-Unis sont des partenaires très importants l'un pour l'autre". Au cours des 10 dernières années, les exportations des entreprises américaines vers la Chine ont progressé de 11% en moyenne, tandis que les ventes de Pékin aux États-Unis n'augmentaient que de 6,6%, a-t-il souligné.

Interrogé sur le récent repli des exportations chinoises dans leur ensemble (-7,7% en 2016), Zhong Shan a estimé que l'évolution du commerce extérieur serait "incertaine" cette année. "Il y a beaucoup de facteurs d'instabilité", a-t-il remarqué, notant que "l'environnement économique général reste difficile" pour la Chine. Pékin a enregistré cette semaine pour le mois de février son premier déficit commercial mensuel depuis trois ans, à la suite d'une hausse de 38,1% de ses importations, tandis que ses exportations reculaient de 1,3%.

Décourager les investissements "aveugles, irrationnels"

Interrogé sur les investissements colossaux de certaines entreprises chinoises à l'étranger, Zhong Shan a confirmé que Pékin entendait décourager les investissements "aveugles, irrationnels" en renforçant son contrôle des sorties de capitaux.

Les partenaires commerciaux de la Chine l'accusent d'entraver l'accès de leurs investisseurs à son marché intérieur. La Chambre de commerce de l'UE en Chine a dénoncé cette semaine les subventions accordées au secteur des technologies de pointe en Chine. En réponse, le ministre chinois de l'Industrie et des technologies de l'information, Miao Wei, a assuré samedi que la Chambre "se méprenait" quant aux intentions de Pékin. Il a aussi démenti que la Chine exerce "d'intenses pressions" sur les entreprises étrangères pour les obliger à transférer leur technologie.

N.G. avec AFP