BFM Business

"Pas de récession américaine en 2020" prédit le meilleur prévisionniste au monde

Le chef économiste et stratégiste chez Market Securities, Christophe Barraud, élu meilleur prévisionniste au monde, était invité sur le plateau d'Inside, ce vendredi.

Craint depuis plus d'un an, le fameux retournement de cycle américain sera-t-il au menu de 2020? "C'est une question qui revient assez souvent mais la réponse est un peu la même : c'est non" tranche Christophe Barraud, de nouveau élu par Bloomberg meilleur prévisionniste au monde pour les Etats-Unis, l'Europe et la Chine.

"Je donnerai juste une statistique qui est assez parlante" explique-t-il sur le plateau d'Inside, ce vendredi. "Si on regarde sur les 50 dernières années ce qu'il se passe la dernière année pour un président lors de son premier mandat (…) il n'y a eu qu'une récession. C'était en 1980, avec Jimmy Carter, et c'était dû à la hausse des prix du pétrole. Non pas de son fait mais dû à une crise en Iran."

Et de souligner : "généralement ce qu'il se passe la dernière année d'un premier mandat, c'est que l'administration en place va tout faire pour éviter une récession" insiste-t-il. "Donc, on n'aura pas de récession, par contre, malgré l'accord commercial, on peut se dire que la croissance de l'économie américaine va ralentir."

L'Europe dans la tête de Trump

Le conflit entre les Etats-Unis et l'Iran ne risque pas de créer un emballement? "La rhétorique va perdurer" souligne Christophe Barraud. "C'est même très bien pour Donald Trump et son électorat de rester ferme de façade" mais "le but, ce n'est pas de créer des remous en ce moment."

Et c'est plutôt du côté de l'Europe qu'il faut s'inquiéter. "Pendant la dispute commerciale Etats-Unis/Chine, les Chinois ont importé beaucoup de produits agricoles en provenance d'Europe. Il y a eu clairement un rebond. On sait que ça va se normaliser (…) et donc l'Europe sera perdante", note l'économiste. D'autant plus que Donald Trump a conclu de nombreux accords : avec la Chine, mais aussi avec le Canada ou encore le Mexique. "Si Donald Trump est réélu, la première zone géographique qu'il va avoir en tête, c'est l'Europe" prévient Christophe Barraud.

TL