BFM Business

OIT : La croissance mondiale des salaires au plus bas depuis 2008

-

- - LUDOVIC MARIN / AFP/Archives

La croissance mondiale des salaires est retombée à son plus bas niveau depuis 2008, bien en-dessous des niveaux prévalant avant la crise financière mondiale, selon un rapport publié par l'Organisation internationale du travail (OIT).

La croissance des salaires a subi un gros coup d'arrêt. C'est ce que montre le Rapport mondial sur les salaires 2018/19. En effet, elle a ralenti, passant de 2,4% en 2016 à 1,8% en 2017. Dans les pays avancés du G20, la croissance des salaires réels a diminué, de 0,9% en 2016 à 0,4% en 2017. A l'inverse, dans les pays émergents et en développement du G20, la croissance des salaires réels a fluctué entre 4,9% en 2016 et 4,3% en 2017.

En France, les salaires ont augmenté de 0,1% et ils reculeront de 0,4% cette année, selon les estimations en cours. 

"D'après les premières indications, cette faible croissance salariale devrait perdurer en 2018", a averti le directeur général de l'OIT, Guy Ryder, soulignant que "les pays devraient explorer, avec leurs partenaires sociaux, les moyens de parvenir à une croissance salariale durable du point de vue économique et social".

Au cours des vingt dernières années, les salaires réels moyens ont presque triplé dans les pays émergents et en développement du G20 tandis que dans les pays avancés du G20 ils n'avaient augmenté que de 9%, selon le rapport.

Des écarts importants entre hommes et femmes

Cependant, dans de nombreuses économies à bas revenu et à revenu intermédiaire, les inégalités salariales demeurent fortes et les salaires sont souvent insuffisants pour satisfaire les besoins des travailleurs et de leurs familles.

Le rapport a constaté qu'à l'échelle mondiale les femmes continuent d'être payées approximativement 20% de moins que les hommes.

Le rapport a montré que les explications traditionnelles, comme les différences de niveau d'éducation entre hommes et femmes qui occupent un emploi salarié, jouent un rôle limité pour expliquer les écarts de rémunération entre hommes et femmes.

"Pour réduire les écarts salariaux entre les sexes, on doit faire davantage pour garantir l'égalité de rémunération pour les hommes et les femmes, et pour remédier à la sous-évaluation du travail des femmes", a martelé Rosalia Vazquez-Alvarez, spécialiste des salaires à l'OIT et l'une des auteurs du rapport