BFM Business

Mur budgétaire : l’accord ne suffit pas

Aux Etats-UNis, la dette colossale inquiète le FMI et les agences de notation, et l'accord de dernière minute sur le "fiscal cliff" ne les rassure pas

Aux Etats-UNis, la dette colossale inquiète le FMI et les agences de notation, et l'accord de dernière minute sur le "fiscal cliff" ne les rassure pas - -

Qu’il s’agisse de Moody’s, de Standard & Poor’s ou du FMI, ils auraient pu écrire le même communiqué. Mercredi soir, 2 janvier, ils ont tous dit la même chose: l’accord trouvé sur le mur budgétaire ne va pas assez loin.

Barack Obama a promulgué la loi sur le compromis budgétaire dans la nuit de mercredi à jeudi. Ce texte écarte pour l’instant la mise en place d’une cure d’austérité forcée aux Etats-Unis.

Les agences de la notation et le Fonds monétaire international sont toutefois sceptiques. Le répit vis-à-vis du "fiscal cliff" est de courte durée, et pour ces spécialistes, la question de l’endettement n’est pas du tout réglée.

Le 2 janvier au soir, Moody’s, S&P et le FMI ont faut savoir que l’accord n’allait pas assez loin. Notamment parce qu’aucune avancée n’est apparue sur la réduction des dépenses, aucun programme de réduction du déficit n’a été discuté pour réduire une dette américaine abyssale.

Les deux agences et le FMI mettent la pression sur les élus américains. Tous trois ont appelé à la discussion sur un plan global. Standard & Poor’s va même plus loin : elle maintient la note des Etats-Unis, déjà dégradée à l’été 2011, elle a abaissé sa perspective à négative. Moody’s pourrait également faire perdre leur AAA aux Etats-Unis.

Emmanuel Duteil