BFM Business

Mestrallet veut un "Brexit clair" pour que Paris puisse remplacer Londres 

Gérard Mestrallet vante les atouts de Paris.

Gérard Mestrallet vante les atouts de Paris. - Eric Piermont - AFP

"Out, c'est out..." Pour le Président de Paris Europlace, invité ce mardi de BFM Business, les banques britanniques ne doivent plus avoir accès au marché européen.

Depuis que les Britanniques se sont prononcés en faveur du Brexit, les places financières européennes se battent pour gagner le titre de première place européenne. Et pour Gérard Mestrallet, si on parle peu de Paris, "c'est parce que nous représentons une vraie menace". Sur BFM Business, le président de Paris Europlace affirme que "la place de Paris représente un intérêt pour toutes les grandes banques internationales. Nous avons à Paris un plus grand nombre de très grandes entreprises de classes mondiales qu'il n'y en a à Francfort ou dans d'autres capitales européennes".

Pour Gérard Mestrallet, Paris a toutes ses chances de devenir la première place financière d'Europe. "Concernant la capitalisation des actions, nous sommes plus gros que Francfort. Sur les six premières banques d'Europe, il y a quatre françaises. Sur les activités d'asset management, nous sommes 30% plus gros que les Allemands, sur les marchés obligataires deux fois plus gros".

"Le marché du travail est notre faiblesse"

Et le président de Paris Europlace d'ajouter: "La photo de la situation actuelle n'est pas si mauvaise. Le système des impatriés a été amélioré par le gouvernement. Le marché du travail est notre faiblesse mais il y a eu des progrès". Pour Gérard Mestrallet, le Brexit a créé un choc, une prise de conscience. "Les industriels ont besoin d'une finance forte". Et Paris peut la leur apporter.

Mais pour que Paris gagne ce titre de première place financière européenne, "il faut un Brexit clair". Pour lui, la Grande-Bretagne ne doit donc plus avoir accès au passeport, ce système qui permet à une banque installée dans un pays de l'Union d'opérer dans tous les autres. "Out c'est out".

D. L.