BFM Business

Macron va plaider à Bruxelles pour une Europe un peu moins libre-échangiste

La vision d'Emmanuel Macron s'oppose notamment à celle de la commissaire européenne en charge du commerce Cecilia Malmström

La vision d'Emmanuel Macron s'oppose notamment à celle de la commissaire européenne en charge du commerce Cecilia Malmström - Ludovic Marin - AFP

Le président de la République participe ce jeudi soir à un dîner avec les chefs d'État et de gouvernement où sera abordée la politique commerciale européenne. Le débat oppose des pays du Nord libre-échangistes et ceux du Sud, la France en tête, qui réclament davantage de régulation.

Emmanuel Macron se tient au cœur d'un important débat européen. Le président de la République plaidera jeudi soir auprès de ses homologues de l'UE en faveur d'une politique commerciale européenne plus cohérente et protectrice, un positionnement qui fait grincer des dents à Bruxelles.

Emmanuel Macron a expressément demandé à prendre la parole sur le sujet lors d'un dîner entre les 28 chefs d'État et de gouvernement de l'UE, programmé dans le cadre d'un sommet de deux jours à Bruxelles.

Le débat pourrait être animé, selon des sources européennes, certains dirigeants considérant la vision du Français sur le commerce comme trop protectionniste.

Deux camps qui s'opposent

"Dès que l'on parle de politique commerciale, deux camps se dessinent automatiquement" parmi les États membres, relève une source européenne.

Au nord de l'Union, les défenseurs du libre-échange, appuyés par la Commission européenne; au sud, les tenants d'une politique commerciale désormais plus protectrice, la France en tête.

Emmanuel Macron s'inquiète de voir la Commission, compétente au nom des 28 en matière commerciale, "se précipiter" dans la négociation de certains accords de libre-échange au mépris d'une opposition populaire grandissante.

"Il est totalement vain d'envisager une réconciliation des Européens, ou en tout cas des Français, avec l'Europe si cette Europe n'assume pas son rôle protecteur", résume une source diplomatique.

"Écouter" les citoyens

Les traités de libre-échange de l'UE sont la cible depuis plusieurs années d'une vive contestation de la part d'ONG, d'organisations syndicales ou de représentants politiques, qui les accusent de négliger l'environnement, la santé ou les normes sociales.

Confrontée à cette résistance, l'UE a ainsi eu toutes les peines du monde à faire progresser l'accord avec le Canada, le CETA, finalement entré en application provisoire fin septembre, mais qui reste à tout moment susceptible d'être remis en cause par le rejet éventuel d'un des parlements nationaux de l'UE.

"Nous ne pouvons pas donner à nos concitoyens, qui sont parfois légitimement inquiets de l'ampleur et des conséquences de ces accords, le sentiment que nous ne les écoutons pas", a insisté lundi le Premier ministre français, Édouard Philippe, en visite à Bruxelles.

Un agenda commercial fourni

L'inquiétude de Paris est d'autant plus grande que l'UE a accéléré son agenda commercial au cours des derniers mois, en particulier avec des pays susceptibles de concurrencer son agriculture.

Bruxelles a ainsi relancé les discussions avec le Mexique, mais aussi le Mercosur -- qui regroupe plusieurs pays d'Amérique du Sud -- avec qui elle est prête à faire des concessions sur le boeuf et l'éthanol dans l'espoir d'élargir les débouchés pour ses automobiles.

La Commission a parallèlement annoncé l'ouverture prochaine de discussions avec deux autres pays où l'agriculture joue un rôle majeur: l'Australie et la Nouvelle-Zélande.

S'ajoute à cela une jurisprudence récente de la justice européenne, qui semble laisser la possibilité à Bruxelles de conclure seule, c'est-à-dire sans ratification des parlements nationaux, ses futurs traités commerciaux.

Jean-Claude Juncker entre Macron et Malmström

Une brèche dans laquelle est prête à s'engouffrer la commissaire au Commerce, la libérale Cecilia Malmström, pour éviter que les accords de l'UE ne rencontrent les mêmes difficultés que le CETA.

Cecilia Malmström entend aussi tirer profit de la défiance du président américain Donald Trump envers les traités de libre-échange pour multiplier les accords.

Entre la Suédoise, qui veut accélérer, et Emmanuel Macron, le pied sur la pédale de frein, le président de la Commission Jean-Claude Juncker tente de jouer les médiateurs.

"Je ne voudrais pas que nos concitoyens considèrent tout accord commercial comme un attentat contre nos principaux intérêts", a encore déclaré Jean-Claude Juncker lundi.

"Poussée par les services de Juncker", selon une source à la Commission, Cecilia Malmström vient de présenter un texte destiné à renforcer la coopération dans l'UE en matière de contrôle des investissements étrangers, notamment chinois, qui répond à une demande directe d'Emmanuel Macron.

Ce texte de compromis, à la portée limitée, a été salué par l'Elysée. Mais il pourrait ne pas survivre à l'hostilité de certains pays comme la Suède, l'Irlande ou la Finlande.

J.M. avec AFP