BFM Business

Les maîtresses chinoises perturbent le marché immobilier

Les prix de l'immobilier connaissent une forte hausse à Pekin.

Les prix de l'immobilier connaissent une forte hausse à Pekin. - -

La bulle immobilière chinoise est-elle provoquée par les maîtresses des riches hommes d'affaires? C'est la théorie développée par 'The Atlantic', qui craint des conséquences néfastes sur l'économie chinoise.

Il est bien connu que les bulles, quelle qu'elles soient, ne tiennent pas à grand-chose.

Preuve en est cette enquête de The Atlantic, qui avance une drôle de théorie concernant le marché immobilier chinois. La bulle spéculative qui l'entoure serait ainsi alimentée par...les maîtresses des riches hommes d'affaires.

Ces derniers, pour qui l'adultère est devenu monnaie courante, achètent en effet des appartements près de leur travail ou de leur domicile, pour héberger leur (deuxième) dulcinée.

"Entretenir une maîtresse, c'est comme jouer au golf", confiait récemment un agent immobilier chinois au New York Times. "Ce sont deux passions qui coûtent cher".

Les riches grimpent au plafond, les prix aussi

La pratique semble rassembler de nombreux "passionnés". En 2010, un journal chinois estimait à 200.000 le nombre de maîtresses vivant seules dans des appartements à Pekin.

Le phénomène, aussi insolite soit-il, a pour conséquence de faire bondir les prix de l'immobilier dans la capitale chinoise, mais aussi dans les autres grandes villes du pays.

Avec à la clé, pour les travailleurs cherchant un logement, le curieux sentiment de se faire "embullé".

Y. D.