BFM Business

Les expatriés plébiscitent la douceur de vivre... germanique

Le joueur Franck Ribéry, expatrié à Munich, savoure, en famille, la douceur de vivre à l'allemande

Le joueur Franck Ribéry, expatrié à Munich, savoure, en famille, la douceur de vivre à l'allemande - ALEXANDRA BEIER / BAYERN MUNICH / GETTY IMAGES / AFP

Dans son classement mondial des villes qui offrent le meilleur cadre de vie, le cabinet Mercer fait la part belles aux métropoles allemandes et plus largement germanophones. Elles sont 7 dans le top 20. Paris est loin derrière.

Où les expatriés ont-ils la vie la plus douce? Réponse: dans les pays germanophones! Parmi les 230 métropoles passées au crible par le cabinet Mercer dans son étude annuelle, Vienne s'impose comme la capitale du monde offrant les meilleures conditions de vie. Zurich arrive en deuxième position. Le palmarès fait également une large place aux villes allemandes

le modèle à suivre 

Elles sont trois dans le top 10 : Munich 4ème, Düsseldorf 6ème et Francfort 7ème. Malgré les déboires de son aéroport Brandenburg Willy Brandt, l'image de la capitale allemande s'est également améliorée. Berlin gagne deux places par rapport à l'an passé et grimpe à la 14ème position tandis que Hambourg prend la 16ème place.

Loin de l'image austère, incrustée dans l'imaginaire collectif, ces villes ont l'avantage d'offrir un environnement stable, des logements abordables, des infrastructures performantes, une faible inflation.

Des données pour les expat'

Pour établir son classement Mercer s'est appuyée sur 39 critères précis: stabilité politique, niveau de criminalité, pollution, qualité des infrastructures et de l'économie, habitudes culturelles, climat. Des informations importantes qui sont parfois "difficiles à appréhender pour les collaborateurs et leurs familles" avant une expatriation et que le cabinet Mercer va fournir aux entreprises. Cette enquête doit leur permettre de rémunérer équitablement les salariés qui choisissent d'aller travailler ailleurs.

Outre la prime de mobilité liée à l'inconvénient d'être déraciné, l'employeur doit verser une allocation de qualité de vie pour compenser l'écart potentiel de cadre de vie entre la ville de départ et celle d'accueil. 

Paris, moins attractif que Berlin 

Pour un expatrié, il fait donc bon vivre dans les villes où l'on parle allemand. Mais qu'en est-il de la France ? Paris ne se classe qu'à la 27ème place du classement. La capitale est sans surprise la première ville française, devant Lyon (39), Pointe à Pitre et Nouméa. Mais les récents attentats pourraient avoir un impact sur la qualité de vie des employés expatriés en France. Le cabinet Mercer promet de surveiller ce signal de très près. Ce n'est donc plus l'art de vivre à la française qui fait rêver mais la qualité de vie germanique! 

Charlyne Legris