BFM Business

Les Etats-Unis vont devoir couper dans leurs dépenses

Les Etats-Unis sont au bord d'une cure d'austérité

Les Etats-Unis sont au bord d'une cure d'austérité - -

Aux Etats-Unis, républicains et démocrates n'ont pas réussi se mettre d'accord sur le budget, dans la nuit de jeudi à vendredi 1er mars. Comme il était prévu, des coupes automatiques dans les dépenses devraient donc intervenir.

Une "farce politique" qui va avoir des conséquences réelles. Les ministères américains se préparent à déclencher leurs plans d'austérité forcée à partir de ce vendredi 1er mars, démocrates et républicains s'accusant mutuellement de blocage et évitant soigneusement de négocier autour d'une même table.

Aucune discussion ne devait avoir lieu avant un rendez-vous à la Maison Blanche, ce vendredi. Le jour même où le gouvernement commencera à envoyer à des centaines de milliers de fonctionnaires des préavis de chômage partiel.

Par pur souci d'affichage, chaque camp a voté au Sénat pour son propre texte alternatif visant à annuler ou modifier les coupes automatiques de 85 milliards de dollars d'ici le 30 septembre, soit une réduction annuelle de 8% pour la défense, et 5% pour le reste du budget.

Mais les deux versions ont, sans surprise, échoué à recueillir suffisamment de voix pour être adoptées.

Effet boule de neige

Depuis plusieurs semaines, les ministres multiplient les avertissements sur les conséquences de ces coupes, qui affectent autant les fonctions régaliennes que les autres lignes budgétaires, dans les transports, l'éducation ou encore les inspections sanitaires.

"On ne peut pas baisser les dépenses de façon aussi spectaculaire sur sept mois sans affecter de manière draconienne la sécurité nationale et les priorités économiques", a déclaré jeudi 28 février le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney.

Le président Barack Obama a, lui, reconnu, mercredi, que, plutôt qu'un "mur", les coupes auraient un effet "boule de neige" sur tous les secteurs de l'économie, au fil des semaines. La baisse brutale des dépenses publiques pèsera sur la croissance en 2013 à hauteur d'environ un demi-point, a prévenu jeudi le Fonds monétaire international (FMI), qui devrait revoir à la baisse sa prévision, actuellement fixée à 2%.

En fait, de grands secteur du budget (retraite, santé...) sont exemptés, ce qui explique pourquoi les réductions sont de 8% sur la défense et 5% sur le reste du budget.

Pour Jean-Bernard Cadier, correspondant de BFM Business à New-York, une question essentielle se pose : "pourquoi n’ont-ils fait aucun effort pour trouver un accord ?" Selon lui, tout simplement parce républicains et démocrates sont conscients qu’il faut réduire les dépenses. Le fait de ne pas se mettre d’accord est donc un moyen de couper dans les dépenses, sans en prendre la responsabilité...

Le titre de l'encadré ici

|||

Un mécanisme prévu depuis 2011

Les coupes budgétaires automatiques qui s'enclenchent ce vendredi aux Etats-Unis ont été conçues en août 2011, au terme d'un accord entre la Maison Blanche et le Congrès.

A l'époque, démocrates et républicains s'écharpaient sur la meilleure manière de réduire le déficit: baisser les dépenses (version républicaine), ou augmenter les impôts (version démocrate) ? Incapables de se mettre d'accord, ils ont alors concocté le mécanisme diabolique des coupes automatiques.

D.L