BFM Business

Les Etats-Unis mobilisés contre la marée noire

Barrages flottants au large des Iles de Chandeleur dans le Golfe du Mexique, au sud de la Louisiane. e gouvernement américain intensifie ses efforts pour prévenir une catastrophe environnementale qui pourrait coûter des milliards de dollars après qu'une g

Barrages flottants au large des Iles de Chandeleur dans le Golfe du Mexique, au sud de la Louisiane. e gouvernement américain intensifie ses efforts pour prévenir une catastrophe environnementale qui pourrait coûter des milliards de dollars après qu'une g - -

par Matthew Bigg VENICE, Louisiane - Le gouvernement américain intensifie ses efforts pour prévenir une catastrophe environnementale qui pourrait...

par Matthew Bigg

VENICE, Louisiane (Reuters) - Barack Obama se rendra dimanche matin sur la côte du golfe du Mexique pour encourager les efforts de lutte contre une gigantesque marée noire dont les premières traces ont été relevées en Louisiane.

La Maison blanche n'a pas révélé dans l'immédiat quels seraient les endroits visités par le président américain, soucieux de suivre de près la lutte contre l'une des pires marées noires de l'histoire des Etats-Unis.

La nappe se répand depuis une explosion survenue le 22 avril dernier sur la plate-forme de forage de Deepwater Horizon, dans le golfe du Mexique, à 70 km environ des côtes de Louisiane.

Longue de 208 km sur 112 km de large, la marée noire menace les réserves naturelles, les activités de pêche et les plages de quatre Etats, la Louisiane, le Mississippi, l'Alabama et la Floride, qui ont tous déclaré l'état d'urgence.

Dans plusieurs de ces Etats, des éleveurs de crevettes, des pêcheurs et des particuliers ont porté plainte contre les entreprises qui exploitaient la plate-forme.

Cette catastrophe a contraint Obama à suspendre son projet de développement des forages en mer dévoilé le mois dernier pour convaincre les républicains à soutenir une loi sur la lutte contre le développement climatique.

Le gouvernement américain fait pression sur BP Plc, propriétaire du puits accidenté, pour qu'il mette en oeuvre davantage de moyens afin de colmater la fuite. L'opération est estimée à plusieurs milliards de dollars.

"Des vents du sud-sud-est continueront ce week-end de pousser la nappe de pétrole dans le golfe du Mexique vers le rivage dans la région du delta du Mississippi", prévoyait samedi AccuWeather.com.

DÉTÉRIORATION DES CONDITIONS METÉO

En Louisiane, des responsables locaux ont annoncé vendredi que de légères traces de pétrole avaient atteint des îles dans le delta du Mississippi. Déjà un oiseau mazouté, un fou de bassan, a été recueilli et les écologistes redoutent une catastrophe pour la faune et la flore.

Gail Bishop, porte-parole des équipes mises en place par le gouvernement américain et BP, a déclaré que la marée noire s'était rapprochée de la réserve naturelle de Pass-a-Loutre, près de Venice, en Louisiane.

"Elle n'a pas vraiment atteint la côte et elle semble dériver vers l'est", a-t-il dit.

Tandis que plusieurs centaines de bateaux et d'avions s'efforcent de disperser la nappe en déversant sur elle des produits chimiques, les garde-côtes déploient des barrages flottants.

Mais AccuWeather prévoit que la détérioration des conditions météo et une mer agitée entraveront ce week-end les efforts des équipes de secours.

Le pétrole se déverse en mer à un débit de 5.000 barils (800.000 litres) par jour, selon des estimations du gouvernement, mais des experts notent que les quantités déversées sont difficiles à mesurer et qu'elles pourraient être supérieures.

Toujours selon les experts, il y a peu d'espoir que BP réussisse à colmater la fuite en un temps relativement court.

La compagnie mise sur la mise en place, à 1.525 mètres de profondeur, d'une cloche sous-marine qui recueillerait le pétrole, permettant son pompage par un bateau. Mais une telle opération prendrait quatre semaines pendant lesquelles 150.000 barils de brut auraient eu le temps de se déverser en mer.

Si le système de la cloche ne fonctionne pas, BP devra entreprendre un forage annexe, ce qui devrait prendre de deux à trois mois.

"Au rythme de 5.000 barils par jour, en deux mois cela sera une marée noire pire que celle de l'Exxon Valdez", note Tyler Priest, du Bauer College of Business de l'université de Houston en évoquant la catastrophe de l'Exxon Valdez, en 1989, à ce jour la pire marée noire de l'histoire des Etats-Unis.

LOURD BILAN

Des kilomètres de barrages flottants ont déjà été déployés au large des côtes de Louisiane. Les autorités ont l'intention de mettre en place trois lignes de défense: deux lignes de barrages durs et, derrière, une troisième ligne avec un barrage absorbant.

BP, qui travaille en coordination avec les garde-côtes, utilise des bateaux spécialisés dans l'aspiration de la nappe de brut. Des municipalités et des pêcheurs privés ont aussi été mobilisés pour participer aux efforts de nettoyage et d'endiguement de la marée noire.

BP a annoncé vendredi qu'il paierait les pêcheurs 2.000 dollars par jour pour leur aide avec une embarcation de 14 mètres ou plus. Une somme inférieure est proposée pour les bateaux plus petits.

L'administration Obama a fait savoir qu'aucune nouvelle zone de forage en mer ne serait attribuée jusqu'à ce que les leçons aient été tirées de l'accident.

Par ailleurs, la production de gaz naturel a été suspendue sur deux plates-formes de forage du golfe du Mexique et d'autres plates-formes de production de pétrole et de gaz pourraient être fermées à titre de précaution, a annoncé une porte-parole du Service américain de gestion des minéraux.

La faune et la flore des mangroves qui bordent la côte du golfe du Mexique est particulièrement riche. Le golfe recèle aussi des poissons et des fruits de mer en abondance, crevettes, huîtres, moules ou crabes.

"Le coût pour le secteur de la pêche en Louisiane pourrait être de 2,5 milliards de dollars et l'impact sur le tourisme sur la côte de Floride pourrait atteindre trois milliards de dollars", selon Neil McMahon, analyste à la société d'investissement Bernstein.

Avec Chris Baltimore et Kristen Hays à Houston, Tom Bergin à Londres, Phil Stewart à Washington; Joshua Schnyer et Rebekah Kebede à New York