BFM Business

Le yuan dépasse l'euro dans les échanges commerciaux

Le yuan est devenu la deuxième monnaie la plus echangée au monde.

Le yuan est devenu la deuxième monnaie la plus echangée au monde. - -

La monnaie nationale chinoise est devenue en octobre la deuxième devise la plus échangée au monde, dépassant ainsi l'euro, a annoncé l'organisation internationale des services financiers, le SWIFT, ce mardi 3 décembre.

La Chine s'offre un beau succès dans sa stratégie pour internationaliser sa monnaie et en faire une devise de référence. Le yuan a dépassé l'euro en octobre, pour devenir la deuxième monnaie la plus employée dans les financements commerciaux, juste après le dollar, a indiqué, mardi 3 décembre, SWIFT, l'organisation internationale des services financiers.

Dans le total des échanges de devises dans le monde, la part du renmibi, l'autre nom de la devise chinoise, s'élève à 8,66% depuis octobre 2013. Il y a moins de deux ans, en janvier 2012, elle n'était encore que de 1,89%, et en 2004, la monnaie chinoise n'était qu'à la 36ème place de ce classement.

Certes, le dollar américain reste loin devant "la monnaie du peuple", avec plus de 80% des parts des échanges mondiaux. Et il est vrai que "le yuan ne représente toujours qu'une fraction de l'ensemble des opérations commerciales", rappelle Sébastien Galy, stratégiste Société Générale America Security, dans Intégrale Bourse ce mardi. Mais sa montée en puissance est d'autant plus impressionnante que cette monnaie n'est encore que partiellement convertible.

Un accord BCE-banque centrale chinoise sur le yuan

Depuis 2005, elle n'est plus indexée seulement sur le dollar mais sur un panier de devises, et depuis 2010, les entreprises chinoises ont le droit de régler leurs échanges commerciaux en yuan. Pékin multiplie d'ailleurs les initiatives pour accélérer la circulation de sa monnaie et "éventuellement laisser sa devise fluctuer normalement par rapport aux autres", souligne Sebastien Galy.

Le pays conclut par exemple des accords avec les entreprises et les banques centrales étrangères pour leur permettre d'utiliser le yuan en dehors des frontières chinoises. Jeudi 10 octobre, la Banque centrale européenne et la Banque populaire de Chine ont justement signé un accord de ce type, le troisième plus vaste du genre pour la Banque centrale chinoise.

Actuellement, les cinq premiers pays ou régions utilisant le yuan dans les financements commerciaux sont la Chine continentale, Hong Kong, qui héberge à lui-seul 70% des dépôts en devise chinoise, puis Singapour, l'Allemagne et l'Australie.

En creux, la généralisation des échanges en yuan "atteste du développement des marchés locaux en Asie", indique Sebastien Galy, pour qui il s'agit là d'un "phénomène très important qui va encore prendre de l'ampleur dans les décades à venir".

La part de l'euro dans le total des transactions mondiales recule quant à elle de 7,87% début 2012 à 6,64% en octobre 2013.

N.G. et AFP