BFM Business

Le président polonais tué dans un accident d'avion en Russie

Le président Lech Kaczynski et plusieurs autres personnalités polonaises ont trouvé la mort samedi dans un accident d'avion à l'approche de l'aéroport de Smolensk, dans l'ouest de la Russie. Le Tupolev emportait 97 personnes. Il n'y a aucun survivant. /Ph

Le président Lech Kaczynski et plusieurs autres personnalités polonaises ont trouvé la mort samedi dans un accident d'avion à l'approche de l'aéroport de Smolensk, dans l'ouest de la Russie. Le Tupolev emportait 97 personnes. Il n'y a aucun survivant. /Ph - -

par Lydia Kelly SMOLENSK, Russie - Le président Lech Kaczynski et plusieurs autres personnalités polonaises ont trouvé la mort samedi dans un...

par Lydia Kelly

SMOLENSK, Russie (Reuters) - Le président Lech Kaczynski et plusieurs autres personnalités polonaises ont trouvé la mort samedi dans un accident d'avion à l'approche de l'aéroport de Smolensk, dans l'ouest de la Russie.

Le Tupolev 154, qui s'est écrasé en forêt à deux kilomètres de l'aéroport, emportait 97 personnes, dont 88 membres de la délégation qui devait assister aux cérémonies du 70e anniversaire du massacre de Katyn. Il n'y a aucun survivant.

L'épouse du chef de l'Etat, Maria Kaczynski, le chef d'état-major des armées Franciszek Gagor, le gouverneur de la banque centrale polonaise Slawomir Skryzpek et le vice-ministre des Affaires étrangères Andrzej Kremer se trouvaient également à bord.

Le président polonais, au pouvoir depuis 2005, était âgé de 60 ans.

A Varsovie, le gouvernement, qui devait se réunir samedi en urgence, a annoncé la tenue d'une élection présidentielle anticipée.

"Conformément à la Constitution, nous allons devoir organiser une élection présidentielle anticipée. Pour l'instant, le président de la chambre basse du Parlement, Bronislaw Komorowski, est automatiquement président par intérim", a déclaré le porte-parole Pavel Gras, interrogé par Reuters.

La date du scrutin, qui doit avoir lieu dans les deux mois, sera fixée dans les deux semaines.

La télévision russe a diffusé des images sur lesquelles on peut voir éparpillés en forêt des débris fumants de l'appareil, un Tupolev TU-154 M, l'un des deux du gouvernement polonais.

La délégation polonaise devait assister aux cérémonies en hommage aux milliers d'officiers et intellectuels polonais exécutés dans la forêt de Katyn par les Soviétiques au printemps 1940.

Des membres de la famille des victimes de Katyn se trouvaient également dans l'avion, selon un responsable polonais présent à Smolensk.

Selon des responsables locaux, l'avion a accroché la cime des arbres alors qu'il effectuait son approche de l'aéroport de Smolensk. Une erreur du pilote est envisageable, a indiqué Andreï Ievseïenkov, porte-parole du gouvernement régional de Smolensk.

L'HYPOTHÈSE D'UNE ERREUR HUMAINE

Selon l'un des responsables du contrôle aérien russe, l'équipage du Tupolev aurait choisi d'ignorer le conseil de se dérouter vers un autre aéroport pour éviter le brouillard qui s'était abattu sur Smolensk.

"Le pilote a reçu le conseil de se diriger vers Moscou ou Minsk en raison du brouillard mais il a décidé de se poser quand même", a déclaré ce responsable qui a requis l'anonymat.

Le ministre polonais de la Justice, Krzysztof Kwiatkowski, a annoncé qu'il ordonnerait une enquête sur les causes de l'accident.

Des services religieux ont été organisés dans tout le pays. Devant le palais présidentiel à Varsovie, la foule s'est rassemblée pour déposer des fleurs et allumer des bougies.

"Je suis bouleversée. Je n'ai pas de mots pour exprimer cela", a témoigné Ewa Robaczewska, l'une des premières arrivantes.

De nombreux dirigeants mondiaux ont exprimé leur désarroi et adressé leurs condoléances à la Pologne.

Le Premier ministre polonais, qui est attendu sur les lieux de l'accident tout comme le Premier ministre russe Vladimir Poutine, a estimé que la catastrophe était "l'événement le plus tragique de l'après-guerre en Pologne".

Donald Tusk a annoncé que le pays observerait deux minutes de silence dimanche à midi.

Le président français Nicolas Sarkozy a salué la mémoire de son homologue polonais.

"La France perd un ami profondément attaché au développement des relations entre nos deux pays. Animé par un patriotisme ardent, Lech Kaczynski a consacré sa vie à son pays. Inlassable défenseur des idées auxquelles il croyait, il s'est toujours battu avec conviction pour les valeurs (de) la démocratie, (de) la liberté et (de) la lutte contre le totalitarisme."

Malgré des tensions entre Berlin et Varsovie au début de sa présidence, Kaczynski était une figure estimée en Allemagne et la chancelière Angela Merkel a été l'une des premières personnalités à réagir à sa mort.

"La seule chose que je peux dire, c'est que je suis profondément choquée après cette catastrophe et la mort du président polonais", a-t-elle déclaré, visiblement émue, devant les journalistes à Potsdam.

Le président américain Barack Obama, pour qui la mort de Kaczynski est "dévastatrice pour la Pologne, pour les Etats-Unis et pour le monde", a salué un "homme d'Etat émérite ayant joué un rôle clé dans le mouvement Solidarité, largement admiré aux Etats-Unis en tant que dirigeant dévoué à la cause de la liberté et de la dignité humaine".

Avec les bureaux de Moscou et de Varsovie. Gregory Schwartz pour le service français