BFM Business

Le Parlement chypriote hostile à la taxe sur les dépôts bancaires

L'Eurogroupe tente de trouver un plan de sauvetage pour Chypre

L'Eurogroupe tente de trouver un plan de sauvetage pour Chypre - -

Les députés de l'Ile, censés voter cette mesure exceptionnelle ce mardi 19 mars, n'approuveront sans doute pas le texte, selon un porte-parole du gouvernement. Nicosie doit trouver une autre formule pour récolter les 5,8 milliards d'euros nécessaires pour bénéficier de l'aide internationale.

La taxe sur les dépôts bancaires pourrait bien être morte-née. Selon un porte-parole de Nicosie ce mardi 19 mars, le Parlement refuserait de voter cette mesure qui prévoit de taxer tous les comptes bancaires sans exception. Cette éventualité, résultat d'un accord conclu entre les ministres des Finances de la zone euro et le pouvoir chypriote, suscite un tollé depuis son annonce samedi.

L’Eurogroupe avait pourtant bien tenté d’apaiser le vent de panique. A l’issue d’une téléconférence des ministres des Finances de la zone euro lundi 18 mars, l'Eurogroupe a décidé de donner à Chypre plus de marge de manoeuvre concernant une taxation bancaire qui constitue l'une des conditions de son renflouement.

Il a décidé de se prononcer contre une taxation des dépôts chypriotes allant jusqu’à 100.000 euros. Et il propose 15,6% sur les dépôts au-delà de ce seuil.

Le plan initial prévoyait une taxe exceptionnelle pouvant aller jusqu'à 9,9% sur les dépôts bancaires dans les établissements chypriotes pour les nationaux comme pour les résidents (6,75% pour les dépôts inférieurs à 100.000 euros) ainsi qu'une retenue à la source sur les intérêts.

Quoi qu'il en soit, Chypre devra trouver une formule acceptable pour trouver 5,8 milliards d'euros. C'est la condition sine qua non pour toucher l'aide internationale.

Diane Lacaze avec Reuters