BFM Business

Le Mexique vend toujours plus de voitures aux Américains

Le président américain n'a cessé de critiquer le traité de libre-échange nord-américain, dont l'automobile mexicaine est la principale bénéficiaire.

Le président américain n'a cessé de critiquer le traité de libre-échange nord-américain, dont l'automobile mexicaine est la principale bénéficiaire. - Saul Loeb - AFP

En dépit de l'élection d'un président américain protectionniste, les exportations mexicaines de voitures vers les États-Unis ont continué d'augmenter en avril.

L'industrie automobile mexicaine a vu sa production et ses exportations augmenter en avril, portées par de meilleures ventes vers les États-Unis, son premier marché, malgré les craintes suscitées par l'administration Trump, a annoncé lundi l'association mexicaine du secteur.

Au quatrième mois de l'année, la production a progressé de 3,2% sur un an à 278.173 véhicules et les exportations ont grimpé de 16,1% à 228.810 unités, selon les chiffres de l'Association mexicaine de l'industrie automobile (Amia).

Entre janvier et avril, les États-Unis ont été le premier marché, devant l'Amérique latine et l'Europe, pour les automobiles fabriquées au Mexique, pays qui ne compte pas de constructeur national mais abrite des usines de Nissan, Ford, General Motors ou encore Kia.

Les exportations allemandes vers les États-Unis en baisse

De tous les pays fournissant les États-Unis en véhicules, seuls le Mexique et le Japon ont connu une croissance durant cette période. Les automobiles produites en Allemagne et en Corée du Sud ont ainsi vu leurs ventes baisser vers ce marché.

L'industrie automobile mexicaine est l'un des secteurs bénéficiant le plus de l'accord de libre-échange nord-américain (Aléna), en vigueur depuis 1994 avec les États-Unis et le Canada. Mais elle est inquiète face aux critiques formulées par le président américain Donald Trump, qui veut renégocier voire mettre un terme à cet accord.

Quelques jours avant l'investiture de Donald Trump en janvier, Ford avait annulé la construction d'une usine de 1,6 milliard de dollars au Mexique, semblant céder aux pressions du président élu sur les constructeurs automobiles pour qu'ils rapatrient aux États-Unis leurs usines afin d'y créer des emplois. Le constructeur américain a toutefois confirmé en février son plan d'ouvrir cette année deux usines de production au Mexique.

N.G. avec AFP