BFM Business

Le Japon veut tailler dans ses dépenses publiques

Le projet budgétaire japonais semble en contradiction avecla politique de relance initiée par Shinzo Abe

Le projet budgétaire japonais semble en contradiction avecla politique de relance initiée par Shinzo Abe - -

Le gouvernement japonais a annoncé, ce jeudi 8 août, son intention de couper 62 milliards d'euros de dépenses publiques en deux ans. Le pays a le niveau de dette le plus élevé des pays développés.

Le gouvernement japonais a annoncé, ce jeudi 8 août, son projet budgétaire à moyen terme. Il prévoit des réductions drastiques des dépenses publiques. Des économies de 62 milliards d'euros d'ici 2 ans.

C'est un peu une quatrième flèche dans les plans du Premier ministre japonais, Shinzo Abe, pour révolutionner l'économie de son pays. Sauf que celle-là, elle part dans l'autre sens.

Les trois premières visent à relancer la croissance, grâce notamment, à une politique monétaire souple et à de la dépense publique.

La situation s'est aggravée

La quatrième vise à éviter un dérapage trop important de la dette du pays. Relance budgétaire d'un côté, baisse des dépenses de l'autre, l'équilibre va être difficile à trouver. On ne connait pas encore le détail des mesures d'économies.

Le projet présenté par le gouvernement confirme juste l'intention des autorités de réduire de moitié le déficit public - hors paiement des intérêts de la dette toutefois.

Le Japon est pressé par le FMI de réduire son endettement. Il a le niveau de dette le plus élevé de tous les pays développés: 245% de son PIB.

La situation s'étant aggravée depuis le dernier rapport de ce type il y a trois ans, Tokyo a cette fois été contraint d'annoncer une résolution drastique: la réduction de 8.000 milliards de yens (62 milliards d'euros) du déficit public (hors intérêts de la dette) cumulé entre avril 2014 et mars 2016.

Dorothée Balsan & BFMbusiness.com