BFM Business

Le chômage américain a connu une baisse en trompe-l'oeil au mois d'août

Les Etats-Unis n'ont créé que 96 000 nouveaux emplois au mois d'août

Les Etats-Unis n'ont créé que 96 000 nouveaux emplois au mois d'août - -

Le taux a reculé de 8,3% à 8,1% au mois d’août, selon les chiffres officiels publiés ce vendredi 7 septembre. Mais cette légère baisse est en fait due à une diminution de la population active. De plus, les créations d’emploi ont encore été très faibles.

C’est une fausse bonne nouvelle. Le taux de chômage des Etats-Unis a reculé au mois d’août, passant de 8,3 à 8,1% par rapport au mois précédent, selon les données du département du Travail à Washington publiées ce vendredi 7 septembre. Ces chiffres, certes, déjouent les prévisions des analystes qui tablaient sur un taux stable, mais la baisse est en réalité artificielle.

En effet, les chômeurs,découragés de ne pas trouver d’emploi, se désinscrivent des listes officielles, créant un effet trompeur dans les statistiques. Le département du Travail américain indique ainsi que "le nombre de personnes sans emploi a peu bougé, à 12,5 millions", tout comme le chômage de longue durée, qui touche 40% des chômeurs, soit cinq millions de personnes.

Les nouvelles créations d’emploi, publiées ce même jour, montrent également que le marché du travail américain marque clairement le pas. Elles sont ressorties à seulement 96 000 nouveaux postes au mois d’août contre 141 000 au mois de juillet. Ce dernier chiffre a d’ailleurs été révisé à la baisse par le gouvernement américain, ce vendredi.

Des chiffres qui pousseraient la Réserve fédérale américaine à agir

Autre élément inquiétant, le niveau moyen de ces nouvelles créations d'emploi s’établit à 139 000 par mois depuis le début de l’année, contre 153 000 l’année dernière sur la même période.

Pour Paul Ashworth, chef économiste Etats-Unis chez Capital Economics, ces mauvais chiffres "ne font qu’augmenter la probabilité que la Fed [la Banque centrale américaine, ndlr] lance une nouvelle vague d’assouplissement monétaire (Quantitative Easing)". Cette mesure "bazooka" consiste à racheter massivement des titres de dette américaine dans le but de soutenir l’économie.

Enfin ces mauvaises nouvelles alourdissent un peu plus le handicap de Barack Obama dans la course à la présidentielle américaine,alors que l’emploi est au cœur de la campagne. Son opposant républicain, Mitt Romney, en a d’ailleurs profité pour souligner que ces chiffres montrent que "les promesses et la politique du président Barack Obama n’ont pas fonctionnée".

Julien Marion et AFP