BFM Business

La solution de DSK pour l'euro n'intéresse pas l'Europe

BFM Business

L’ex-patron du FMI continue de distiller ses conseils économiques à la zone euro. Même si celle-ci semble peu s'en soucier...

Ce week-end, en marge du Yalta European Strategy Forum, Dominique Strauss-Kahn a ainsi regretté que l’Allemagne et la France bénéficient de taux d’emprunt très avantageux, même négatifs à court terme, quand les pays en difficulté paient de plus en plus cher pour se financer. Un état de fait qui pourrait mener selon lui à "l’éclatement de la zone euro".

Chaque Etat membre garde la responsabilité de sa dette

L’économiste estime donc que les pays les mieux notés, et dont l’accès au marché est le plus facile, devraient "remettre au pot une partie de l'écart de taux" au profit d'autres en difficulté, comme l'Espagne ou l'Italie. Concrètement, il considère que les pays européens devraient se retrouver toutes les quinzaines pour décider à partir de quel écart de taux les pays qui empruntent à bas coût reverseraient leur plus-value aux plus fragiles, et de quelle manière.

Berlin serait peut-être moins hostile à une telle mesure qu’à une mutualisation des dettes européennes, dans la mesure où elle laisse à chacun la responsabilité de ses créances. D’autant que, précise DSK, ce dispositif serait "temporaire", juste le temps de "ramener les taux à des niveaux raisonnables et de retrouver le calme sur le marché de la dette".

A part dans les médias français, cette proposition n’a suscité aucune réaction en zone euro.

BFMbusiness.com